Enquête sur le suicide de Jack Ackland ,victime du Syndrome du nez vide

9 Juin 2020 , Rédigé par SNV Publié dans #Témoignages

Quelques extraits traduits de cet article:

"Dans cet hôpital, j'ai été placé sous les soins du major RW Wright, MD, chef de service ORL, j'étais déterminé à ne pas subir d'opération sur mes sinus, mais après avoir subi  une pression considérable, j'ai  finalement donné mon consentement à une opération "sub muc"(...) se référant à une résection sous muqueuse qui élimine le cartilage et les os du nez".

"Wright (.....) a émis l'hypothèse qu'un ensemble de minuscule os nasaux appelés " cornets" sont souvent infectés et pourraient contribuer aux problèmes d'oreille(...)Lors de la première intervention chirurgicale de Jack en mars 1943, Wright a coupé du cartilage et os nasal.Il a ensuite opéré les cornets de Jack, ce  qu'on appelle une turbinectomie.(...)Non seulement une  trop grande partie de la structure nasale a été retirée, ce qui a entraîné un affaissement du nez , mais les extrémités des cornets ont été réséquées, entraînant trop d'air dans le nez du à une cavité nasale trop élargie et une rhinite atrophique".D'autres médecins ont critiqué la chirurgie(...)l'ont examiné et ont qualifié l'opération "inutile".

"Le major Wilucki et le major Neff à Tucson, ont fait des remarques très complaisantes concernant le travail qui avait été bien fait sur mon nez et ont exprimé des doutes quant à ma capacité de continuer à voler mais ont dit que je méritais  une chance d'essayer:.se souvient Jack dans sa lettre de mars 1952. Jack a effectivement essayé et il a échoué".

"Les symptômes étaient les mêmes qu'avant l'hospitalisation à Santa Ana et la douleur a été accentuée par le vol(...)Les symptômes sont si graves que le sujet est incapable de voler".Jack a été cloué au sol, ramené au rang de soldat, sans "préjudice", et envoyé à la base aérienne d'Amarillo pour affectation , écrit- il dans sa lettre de 1952"

Len écrit:".Je connaissais maintenant les détails de son opération, mais j'avais encore une importante question sans réponse:pourquoi Wright, chirurgien expérimenté, a t'il effectué une opération si radicale qu'elle a laissé mon père trop handicapé pour continuer son service?(....)aux yeux d'autres médecins avait- il bâclé la chirurgie?Ses résections étaient elles intentionnelles ou les erreurs d'un chirurgien de l'armée surmené?"

"Bien que je n'aie pas pu déterminer le motif opératoire de Wright pour mon père, les résultats de l'opération sont incontestables.J'ai demandé au Dr Robert M.Meyers, professeur ORL de l'Université de l'Illinois à Chicago, de passer en revue, les détails de la chirurgie de Jack et ses conséquences. Meyers a déclaré que les interventions chirurgicales dans les années 40, ont "été effectuées de façon grossière par rapport à aujourd'hui".Aujourd'hui, a t-il dit, l'état de Jack serait appelé" syndrome du nez vide".

" En novembre 1946, il a été hospitalisé(...) pour une sinusite et une angine streptococcique(...) lui provoquant "une infection arthritique spécifique et un rhumatisme articulaire aigu avec des températures presque septiques et une importante enflure dans chaque articulation, à tel point que sa femme ne l'a pas reconnue(...)Jack écrit :"C'est grâce aux soins  du docteur Brenann et de ses collègues (...) que j'ai finalement passé la crise et  le jour de Noël, on a informé ma femme que l'on pensait que je vivrais".

"Après 1946(...)", Jack "a déposé une demande auprès de la VA pour une augmentation de son taux d'invalidité, avec plus d'avantages.Lui et ses médecins civils ont fait valoir que la bronchite chronique causée par les séquelles aux sinus, devait être prise en compte avec l'invalidité pour la sinusite.En septembre d'après, la VA a rejeté sa demande(...)Son appel infructueux à la VA comprenait une lettre d'appui du Dr Er Fenton de Washington:"Mr Ackland est venu me voir le 31 décembre 1943 et je le revois régulièrement depuis.Il a un drainage constant de ses sinus postérieurs et une toux bronchique aiguë de pneumonie bronchique et de pleurésie.Il a été minutieusement examiné(...)et il n'y a rien que nous ayons pu faire pour éclaircir cette situation.A la suite de ces infections, le patient a des sièges d'arthrite infectieuse.Le handicap, à mon avis est permanent et total.J'ai recommandé sa retraite de ses fonctions officielles et qu'il cherche un climat chaud et sec dans lequel vivre".

Jack écrit :"Il est souvent nécessaire que je me couche directement après le travail afin de pouvoir me présenter le lendemain(...)Cependant, des maux de tête violents, de nombreux maux de gorge, des crises d'arthrite, une perte de poids, une débilité générale et une sensibilité à la pneumonie et à aux maladies respiratoires similaires sont tous, le résultat de mon handicap".

Ses collègues écrivent":Il semblait souvent sur le point de s'effondrer lorsqu'il quittait le bureau pour rentrer chez lui ou à l'hôpital(...) pour y être soigné(...)Il y a eu des moments où la douleur l'a fait sombrer et Mme Ackland a dû descendre et le conduire chez lui".Jack "a de nouveau été hospitalisé en mars 1961.Cette fois, il a été placé en salle d'isolement, ce qui lui a brisé le coeur car il se sentait contagieux pour sa famille et ses amis, ce qui a entraîné une grande détresse psychologique .(...)Jack avait dit qu'il se sentait "un fardeau pour sa famille".

" Le jour de la fête des pères, et sixième anniversaire de mon frère, papa était trop malade pour accompagner le reste de la famille au parc d'attractions Elith Gardens. Le lendemain, à l'aube, maman m'a réveillé et m'a dit :"Len, Len, ton père est parti hier soir et n'est pas rentré, et il a une arme".C'était une arme de poing de calibre 22 acheté un an plutôt.(...)Je sautais du lit, m'habillais rapidement et pris la petite Pontiac Tempest pour le chercher.Il avait pris notre seconde voiture(...)J'ai roulé vers le nord sur quelques kilomètres jusqu'à notre point de tir habituel.Rien.Puis, sur le chemin du retour, j'ai repéré la Buick dans la file de voitures garées(...), un endroit où il s'attendait sans aucun doute à ce qu'un étranger le trouve. Au lieu de cela, ce fut moi."

" Onze mois après la mort de papa, la VA s'est inversée .Sur la base des preuves de l'affaire, l'agence a écrit cliniquement que la douleur de Jack avait eu un impact psychologique.Il " a déterminé qu'il y avait un changement de personnalité certain avec une perturbation du comportement et des manifestations psychiatriques symptomatiques d'un trouble mental acquis provoquant des troubles psychologiques.Ce trouble mental existait au moment du suicide.Ce trouble mental fut reconnu comme étant directement lié aux conséquences de la sinusite et de la bronchite". 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article