TEMOIGNAGE DE HUGO I. ( France)

25 Mars 2020 , Rédigé par SNV Publié dans #Témoignages

Il y a 18 ans, j'ai eu un gros choc sur le nez qui a engendré une déviation de ma cloison nasale.Mon nez était vraiment tordu mais j'ai vécu avec pendant tout ce temps.Respirant mal d'une narine à cause de la déviation, j'ai décidé de me faire opérer, pensant que j'allais gagner en qualité de vie (meilleur sommeil, plus de ronflement et sensation d'énergie au réveil).Ma copine d'alors m'avait bien encouragé à le faire et j'avais de l'argent de côté suite à un héritage (mon père).Je me suis décidé à franchir le cap.

Juin 2019:

J'ai consulté  le docteur  L.  X. à Neuilly Sur Seine.Il avait une bonne réputation sur Google et je n'ai pas cherché beaucoup plus loin.Nous avons fait deux simulations et j'ai choisi celle qui modifiait le plus l'esthétique (ablation de la bosse et réduction légère du nez). Je dois confesser que j'ai été influencé par ma copine de choisir l'intervention la plus modifiante...

Par la suite, j'ai fait un scanner de la face et des sinus et on s'est aperçu que j'avais un polype dans le sinus maxillaire droit et bien une déviation septale engendrant une obstruction.Le chirurgien m'a dit assez crânement "avec moi, vous allez respirer. Je vais aérer vos sinus et vous faire un peu de laser"... Très naïvement je n'ai pas demandé plus d'information sur tout cela, pensant que mon docteur était un ponte reconnu et qu’il savait ce qu'il allait faire... Grand mal m'en a pris !Mais de toute façon aurais-je refusé l'intervention même en sachant le geste qu'il allait entreprendre...? Pas sûr car j'avais foi en la médecine à cette époque.Du coup, je n'ai pas consulté d'autres spécialistes (encore une grosse erreur)

 31/01/2020:

 Je suis passé au bloc opératoire .La convalescence s'est bien déroulée jusqu'au moment où il m'a enlevé le plâtre au bout de 10 jours. Et là... l'horreur. Les problèmes ont commencé à s'enchaîner en cascade.Ce qui m'a frappé au début c'était le résultat esthétique. Un nez aberrant, très modifié. J'avais un nez de style Vincent Cassel et je me retrouve avec un nez de boxeur, aplati, sans forme. Mais c'était pas le pire. J'allais bientôt  le découvrir.

C'est à ce moment que j'ai demandé au chirurgien de m'expliquer les gestes qu'il avait réalisé pour que je comprenne et que j'intègre mieux mon nouveau corps. Il m'a alors regardé d'un air condescendant et très surpris que je lui pose cette question, m’a simplement tendu le compte -rendu opératoire sans un mot.

C’est en rentrant chez moi que je me suis retroussé les manches et que j’ai décrypté ces termes que je connais maintenant par coeur :Rhinoseptoplastie, dissection des cartilages triangulaires, dissection des cartilages alaires, résection des cartilages, turbinoplastie  bilatérale  laser sur fibre souple , luxation en dedans des cornets inférieurs, méatotomie bilatérale des sinus maxillaires, ablation d’un polype...Autant de mots effroyables dont je regrette amèrement qu’ils soient entrés dans ma vie.

Très vite, j’ai commencé à ressentir que ma narine gauche (celle qui était obstruée à la base) était bien trop ouverte et qu’une trop grande quantité d’air rentrait à l’intérieur avec une sensation de froid permanent et de brûlure. Assorti de la sensation que l’oeil va pleurer (sensation qui a diminiué à ce jour).J’ai commencé à me réveiller 30 fois par nuit, alors que j’avais un sommeil très profond auparavant ; à avoir des cernes, à me sentir oppressé par une angoisse montante. Des difficultés pour inspirer naturellement de manière inconsciente.

Dans ma narine droite qui était saine à l’origine, un flux d’air minimal s’écoulait à l’inspiration (environ 10 % du volume normal). J’ai constaté par la suite que j’avais un collapsus de la valve causé par la trop grande résection de cartilage latéral. Du coup j’ai moins cette sensation d’air froid dans cette narine.

J’ai alors fait un scanner de contrôle qui a bien révélé que mes cornets inférieurs avait été réduits par le laser. Je ne sais pas de combien exactement. Un ORL m’a dit 50 % à vue de nez, une autre m’a dit que c‘était seulement la tête du cornet gauche qui avait été coupé sur environ la taille d’une phalange… Par ailleurs je présente maintenant une infection généralisée des deux sinus qui sont totalement obstrués.

A J+26:

Vers 3 heures du matin, j’ai eu trois hémorragies dont la dernière était intarissable. Ce sont les pompiers qui m’ont conduit à l’hôpital où j’ai subi l’enfer.J’avais avalé tellement de sang que je vomissais et j’ai fini par m’évanouir, tomber au sol tellement j’étais faible. (Je précise que ça ne m’était jamais arrivé de ma vie, je suis un homme de 34 ans, sportif et exerçant un métier dans la sécurité).Ils m’ont alors cautérisé d’urgence, quasiment sans anesthésie, avec un endoscope électrique (probablement). Et ce, sur le cornet gauche qui avait été le plus réséqué.

Par la suite, j’ai commencé à ressentir tous les symptômes du nez vide, à savoir odeur d’infection sortant de mes narines (chose qui s’atténue pour le moment puisque je suis sous antibiotiques et que je fais des lavages réguliers et que je colmate ma fosse nasale avec de la cire), migraines, difficulté pour s’endormir, dépression, idées suicidaires qui m’ont même valu un séjour de deux jours en hôpital psychiatrique… Autant dire que j’avais touché le fond, alors que j’espérais juste respirer correctement !

Désormais je vis avec une partie de mon cerveau accaparé en permanence par cette sensation d’air froid d’un côté et d’obstruction de l’autre. Je dors la tête dans mon duvet et me force à respirer par la bouche. Je place un bout de cire naturelle pour atténuer la violence de l’air qui vient éroder ma muqueuse nasale, mais ça ne marche pas vraiment bien à 100 %.

J’essaye de rester positif, mais ma copine m’a quitté pendant cette épreuve, j’essaye de faire du sport, d’aller travailler (après 1 mois et demi d’arrêt), mais c’est dur.Je ne sais pas si un jour je retrouverais une vie normale.J’aimerais avoir votre réaction sur mon expérience et s’il me reste des chances de guérir.A priori, il me reste quand même des cornets inférieurs. Je ne suis pas comme certains qui sont complètement mutilés. Mais déjà les symptômes sont très durs à vivre.

Je témoigne à tous ceux qui sont dans cette situation, ma profonde compassion  et vous souhaite de vous rétablir au mieux et  surtout que la science évolue pour trouver des traitements efficaces J’hésite à faire un avis négatif sur Google sur le chirurgien qui m’a opéré ,j'hesite à  attendre de voir si mes symptômes vont s’améliorer… Mais il ne faudrait pas qu’il fasse d’autres victimes, surtout qu’il est dans le déni du nez vide et qu’il me dit "qu’il fait ces opérations plusieurs fois par semaines et que soit-disant… personne ne se plaint".

Que pouvez-vous me conseiller comme cheminement pour guérir de part votre expérience ?Je ne ressens pas encore d’obstruction paradoxale… Va t-elle se déclencher inévitablement ?Merci beaucoup de m’avoir lu jusqu’au bout.

 

                                                                                Hugo I.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article