Trijumeau et Syndrome du nez vide / Konstantinidis et al (Juin 2017))

25 Avril 2019 , Rédigé par SNV Publié dans #Risques

Le laryngoscope VC 2017

Société américaine ORL, Inc.

 

Fonction intranasale du trijumeau chez les patients atteints du Syndrome du nez vide

Iordanis Konstantinidis, MD, PhD; Evangelia Tsakiropoulou, MD, PhD; Angelos Chatziavramidis, MD; Christos Ikonomidis, MD, PhD; Konstantinos Markou, MD, PhD )

 

 

Objectifs / Hypothèse:

 

Le nerf trijumeau favorise la perception du flux d'air nasal.Cette étude examine si la déficience de la fonction du trijumeau intranasal fait partie de la sensation paradoxale d'obstruction nasale chez les patients atteints du syndrome du nez vide (ENS).

 

Conception de l'étude:

 

Étude cas-témoins prospective dans un hôpital tertiaire.

 

Méthodes:

 

Trois groupes ont été examinés:

  1. patients ayant déjà subi une turbinectomie inférieure quasi totale bilatérale

  2. patients ayant subi une résection quasi totale du cornet inférieur (ITR) sans symptômes

d' 'ENS,

3) participants témoins. Tous les participants ont bénéficié d' une rhinomanométrie antérieure active, d'un test olfactif (test étendu de Sniffin ’Sticks) et d' un test du trijumeau (rôle de latéralisation grâce au menthol et au solvant sans odeur).

 

Résultats:

 

71 candidats ont participé comprenant 21 patients ENS, 18 patients ITR et 31 témoins). Les analyses ont révélé que les patients ENS avaient des scores significativement plus faibles aux tests de latéralisation du trijumeau et aux test olfactifs que ceux des groupes ITR et témoins . Aucune différence statistique pour la rhinomanométrie n'a été trouvée entre les groupes. Le facteur de genre n'était pas associé aux tests chimiosensoriels; Cependant, ce n'était pas le cas avec le facteur âge, les résultats du test du trijumeau étaient corrélés négativement.

 

Conclusions:

 

Cette étude démontre une altération significative de la fonction du trijumeau intranasal chez les patients SNV par rapport aux patients ITR et aux témoins. D'autres études prospectives sont nécessaires pour clarifier le rôle de la fonction du trijumeau préopératoire chez ces patients et l'implication de la chirurgie dans cette déficience.

 

Mots clés: nerf trijumeau, syndrome du nez vide, turbinectomie, olfaction. Niveau de preuve: 3b.

 

Laryngoscope, 127: 1263–1267, 2017

 

 

 

INTRODUCTION

 

La principale plainte des patients atteints du Syndrome du nez vide (ENS) est l’obstruction nasale paradoxale malgré une cavité nasale largement ouverte à l’examen clinique. Il s’agit principalement d’une complication et constat postopératoire après résection du cornet inférieur et /ou moyen, constituant rarement un trouble primaire. La physiopathologie de l' ENS reste incertaine, impliquant des mécanismes altérés de résistance nasale, d'humidification et de chimio-compensation. Toutefois, les patients ayant une résection large des cornets, ne souffrent pas tous d' ENS.

 

Il existe des preuves que les terminaisons nerveuses du trijumeau, réparties dans toute la muqueuse nasale, atténuent la sensation de circulation nasale. Des études ont montré que la stimulation des récepteurs du trijumeau intranasal avec du menthol produit une sensation de nez « net »  sans modification de la résistance sensation de nez bouché lors de l'application d'un anesthésique local.

 

L'absence de méthodes objectives pour diagnostiquer le SNV entraîne une divergence entre les symptômes subjectifs et les mesures des dispositifs disponibles évaluant les fonctions nasales.

 

Ainsi, des mesures de la fonction nerveuse du trijumeau dans le nez peuvent aider à mieux comprendre la physiopathologie de ce trouble.

L’objectif de cette étude était d’évaluer si l’altération de la fonction du trijumeau intranasal contribue à la sensation d’obstruction nasale paradoxale chez les patients ENS en comparant ce groupe aux patients présentant une ablation du cornet inférieur sans symptômes ENS et aux contrôles sains.

 

 

Clinique de rhinologie, 2e département universitaire d'oto-rhino-laryngologie (I.K., E.T., A.C., K.M.), de l'hôpital Papageorgiou, université Aristote de Thessalonique, Grèce; et le Département d'oto-rhino-laryngologie (C.I.) de l'Hôpital universitaire de Lausanne (CHUV), Lausanne, Suisse.

 

Note du rédacteur: Le manuscrit a été accepté pour publication le 20 décembre 2016. Les auteurs ne disposent d'aucun financement, d'aucune relation financière ni d'aucun conflit d'intérêts à divulguer.

 

Envoyez une correspondance à Iordanis Konstantinidis, MD, 3, rue Kapetan Kotta, Panorama, Thessalonique, 55236 Grèce. E-mail: jordan_orl @ hotmail.com DOI: 10.1002 / lary.26491

 

Laryngoscope 127: juin 2017

Konstantinidis et al.: Syndrome du nez vide et de la fonction trigéminale

 

 

MATÉRIAUX ET MÉTHODES

 

Définition

 

     Depuis l'introduction du terme ENS par Eugène Kern dans les années 1990, peu de choses ont été explicitement mentionnées à propos de l' ENS, et assez souvent les terme ENS et rhinite atrophique sont confondus et se recoupent dans la littérature.

 

     Ainsi, aux résultats de la présente étude, le terme ENS doit être considéré non pas comme une forme de rhinite atrophique, mais comme un complexe symptomatique dans lequel le point essentiel est l'obstruction nasale paradoxale suite à une résection presque totale du cornet. Nous avons défini comme patients ENS, ceux présentant des symptômes caractéristiques, tels que sensations d'obstruction nasale, douleur nasale ou faciale à l'inspiration, formation de croûtes persistantes ou écoulement et maux de tête. L'obstruction nasale était intense, indiquant un ENS uniquement si la perméabilité nasale avait un score inférieur à 20 sur une échelle visuelle analogique comprise entre 0 et100 où 0 représente une obstruction totale et 100 une perméabilité nasale parfaite. Les patients ENS ont également été définis après examen endoscopique conforme à l' ENS révélant l'absence quasi totale du cornet inférieur et des cavités nasales anormalement larges, ainsi que des antécédents de turbinectomie presque totale.

 

      Le terme «turbinectomie quasi totale» est utilisé au lieu de «turbinectomie totale» car dans la grande majorité des cas, une petite quantité de cornet inférieur peut être détectée en tant que résidu, généralement attaché à la paroi latérale et / ou en arrière comme une petite quantité de tissu supérieure à 20% du volume estimé des cornets initiaux à l'endoscopie.

 

      Une résistance totale des voies respiratoires nasales de 0,3 Pa / cm3 / s, généralement reconnue comme « limite supérieure » de la normale, a été utilisée comme critère pour exclure les patients présentant une obstruction nasale hautement subjective en raison d'une résistance nasale élevée.

 

Les patients

 

       Cette étude comprenait :

- Un groupe de 21 patients (12 hommes / 9 femmes) souffrant d' ENS après turbinectomie inférieure presque totale avec ou sans septoplastie concomitante . L'âge moyen était de 47,4 ans (extrêmes, 21–57 ans).

- Un deuxième groupe de 18 patients (10 hommes et 8 femmes : âge moyen : 45,2 ans, et 25 à 51 ans) était inclus avec le même âge et le même sexe après enquête téléphonique réalisée auprès de patients examinés dans notre clinique de rhinologie avec des antécédents de turbinectomie inférieure totale ou quasi totale et 6 septoplasties sans symptômes de SNV.

- Un groupe témoin de 32 individus en bonne santé (18 hommes, 14 femmes; âge moyen: 44,5 ans, extrêmes, 23-58 ans) dont les données démographiques étaient identiques à celles des autres groupes d’étude.

 

       Tous les patients inclus dans l’étude, étaient - « auto « référencé », ouenvoyés par un autre établissement qui les avaient dirigé vers la clinique de rhinologie du 2e département ORL de l'école de médecine de l'UniversitéAristote de Thessalonique sur une période de 3 ans.Les patients ENS étais inclus dans  l'étude  seulement s'il n'existait aucune action en justice ou si la procédure était terminée, afin de minimiser les biais

 

      Tous les participants (patients et témoins) devaient d’abord s’adapter à l’environnement de la clinique ORL(température ambiante moyenne de 22,58 ° C; humidité relative de 33,8%) pendant 20 minutes avant de prendre les mesures tout en respirant doucement par le nez. Pendant ce temps, la conception de l'étude a été expliquée en détail, puis tous ont fourni un consentement éclairé signé.

Un examen clinique complet avec endoscopie sans application locale du médicament, a ensuite été pratiqué pour éliminer toute croûte et exclure toute autre source d'obstruction (inflammation active avec sécrétions purulentes, exacerbation de rhinite allergique, polypes nasaux et déviation septale sévère). Les patients présentant de tels résultats en endoscopie ont été exclus de l'étude.

 

      L'étude a été réalisée conformément à la Déclaration d'Helsinki sur la recherche biomédicale sur des sujets humains et a été approuvée par le comité d'éthique de la faculté de médecine de l'Université Aristote de Thessalonique.

 

 

Tests intranasaux du trijumeau

 

     La fonction du trijumeau a été évaluée à l’aide du test dit de latéralisation du trijumeau intranasal signalé dans des études antérieures. Dans ce test, il était demandé aux patients de latéraliser les stimuli présentés aux deux cavités nasales, l’un des côtés étant activé par un stimulus trigéminal et l' autre par une solution sans odeur. Nous avons utilisé le menthol comme stimulant du trijumeau, car lorsqu'il active le nerf, les patients ressentent une sensation de refroidissement dans le nez. Il est maintenant prouvé que le nez humain détecte la perméabilité via un mécanisme impliquant un refroidissement localisé maximum de la muqueuse nasale.

 

    Les participants avaient les yeux bandés avec deux bouteilles de polyéthylène (volume 250 ml) avec bec verseur inséré dans l'une ou l'autre des narines. Une bouteille contenait 15 ml d'une solution menthol dissoute dans du propylène glycol (dilution: 50 g de menthol dans 50 ml de propylène glycol) et l'autre 15 ml de solvant sans odeur de propylène glycol. Une bouffée d'environ 15 ml d'air a été injectée dans les cavités nasales tout en appuyant simultanément sur les deux flacons au moyen d'un dispositif de serrage à main, le patient étant en état de reniflement passif.

 

    Après chaque essai, les participants devaient déterminer le côté du nez (gauche ou droit) où ils sentaient le stimulus du trijumeau (c'est-à-dire, une sensation de refroidissement). Au total, 40 stimuli ont été présentés aux participants après une séquence pseudoaléatoire dans laquelle chaque narine a été stimulée 20 fois. Un intervalle entre les stimuli de 30 secondes a été utilisé pour éviter de s'habituer. Le score total du test comprenait le nombre de localisations correctes.

 

Tests olfactifs

 

    Le test olfactif a été testé avec la version verbale grecque du test de batterie de Sniffin' Sticks .Les odeurs sont présentée aux patients dans des feutres , placés approximativement devant les deux narines pour  examen.Cet essai comprend trois sous- ensembles différents:

1) Le seuil d’odeur (T), avec des dilutions par étape de n-butanol dans une rangée de 16 feutres.

2) Le test de discrimination (D), où les patients sont invités à distinguer 16 fois les odeurs.

3) test d'identification (I), avec une rangée de 16 odeurs où le patient doit trouver la réponse correcte à partir d'une liste de quatre descripteurs verbaux pour chaque odeur. La somme des trois résultats donne un score total TDI.

       Un score TDI <16,5 correspond à une anosmie, un score compris entre 16,5 et 30,5 ou à une hyposmie, et un score TDI supérieur à 30,5 est considéré comme une fonction olfactive normale.

 

 

Rhinomanométrie

 

     Tous les participants présentaient unilatéralement une rhinomanométrie antérieure active. Le dispositif utilisé était le Rhino 4000 M (Homoth Medizin Elektronik, Hambourg, Allemagne) à une pression de référence de 150 Pa pour les deux cavités nasales. Un minimum de cinq respirations nasales était requis pour chaque cavité nasale, tandis que les participants étaient assis et respiraient normalement pour faire la moyenne des résultats en fonction de la congruence des courbes. Une narine a été obstruée avec un patch adhésif relié à un transducteur de pression pour mesurer la pression nasopharyngée.

 

     Le débit total était exprimé en cm3 / s et la résistance totale (R) exprimée en Pa / cm3 / s. La résistance totale a été calculée en combinant les résistances des deux narines selon la formule:

 

                                                      Rtot = Rleft x Rright

                                                               Rleft x Rright

 

 

         La rhinomanométrie a été réalisée conformément aux recommandations du comité international de normalisation.

 

Notes subjectives

 

          Les évaluations subjectives de la fonction olfactive et de l'obstruction nasale ont également été enregistrées au moyen d'une échelle visuelle analogique allant de 0 à 100. Sur cette échelle, 0 représente une perte olfactive complète ou une obstruction totale et 100 une fonction olfactive parfaite ou une parfaite perméabilité nasale.

 

Analyses statistiques

 

         (Voir tableau 1 doc original: Fig. 1. Résultats du test de tâche de latéralisation. (Comparaison de l'écart type moyen des trois groupes d'étude. L'astérisque indique une différence significative entre les groupes reliés par la ligne noire. Contrôles CON 5; nez vide ENS 5 enlèvement du cornet inférieur (ITR 5)).

 

           Toutes les analyses ont été effectuées à l'aide de progiciels statistiques pour les sciences sociales version 20.0 (IBM, Armonk, NY). Les statistiques descriptives sont présentées sous forme de moyenne déviation 6 ou pourcentages. Le niveau de signification a été fixé à 0,05.

            Un test pour des échantillons indépendants et un test v2 pour comparer les patients ENS aux ITR et aux contrôles pour toutes les variables de l'étude ont été utilisés. Les analyses de corrélation ont été effectuées selon Pearson. Les tests de Bonferroni ont été utilisés pour des analyses post hoc.

           Dans une étude antérieure évaluant les résultats du test de latéralisation, la limite de 25 réponses correctes était faites au hasard en fonction de la distribution binomiale (P <0,05) . Ainsi, il y a eu un peu moins de 24 réponses correctes d'echect au test. La comparaison des taux d'échec entre les groupes a été réalisée avec le test v2.

 

 

DISCUSSION

 

        La physiopathologie de l' ENS reste mal comprise, plusieurs théories ont été avancées dans la littérature actuelle. La majorité suggèrent que l' ENScomprend un mécanisme physiologique multifactoriel impliquant des modifications structurelles de la résistance nasale, une réduction de la climatisation nasale et une diminution de l'apport sensoriel. Comme le nerf trijumeau joue un rôle dominant dans la perception du flux d'air nasal, cette étude a essayé de voir si l' ENS est lié à une diminution de la fonction de la partie intranasale du nerf.

 

        La présente étude a eu trois résultats principaux.Premièrement, les résultats du test trijumeau et du test olfactif étaient significativement plus faibles chez les patients ENS que chez les témoins et les résultats du test trigéminal chez les patients ITR, étaient significativement plus faibles. Deuxièmement, les patients ITR présentaient des résultats trigéminal et olfactif inférieurs, bien que non significatifs, par rapport aux témoins, assortis d’évaluations subjectives équivalentes à celles des individus en bonne santé. Troisièmement, la septoplastie concomitante ne semble pas jouer un rôle significatif dans l’affaiblissement du trijumeau et de l’olfaction chez les patients ENS.

 

          La diminution de la sensibilité du trijumeau chez les patientsENS peut être l’une des raisons de la sensation d’altération de la respiration nasale malgré les voies aériennes non obstruées, comme le confirme la rhinomanométrie. Dans une étude évaluant la détection et le seuil douloureux des stimuli du trijumeau dans différents sites nasaux, le cornet inférieur était clairement l'un des sites de sensibilité trigéminale plus élevée. La riche innervation du trijumeau du cornet inférieur, comme le montrent également les études expérimentales, en fait une structure significative.

 

Les terminaisons nerveuses du trijumeau sont réparties dans la muqueuse nasale et transmettent des sensations somatosensorielles (toucher et température) et chimiosensorielles. Une résection presque totale des cornets inférieurs peut réduire de manière critique le nombre absolu de ces récepteurs et peut contribuer au sensation d'obstruction paradoxale

 

 

Grafique1 (Voir doc original: Résultats des tests chimiosensoriels, Taux de symptômes subjectifs et Résultats rhinomanométriques des groupes d'étude.)

 

TABLEAU I. Résultats des tests chimiosensoriels, taux de symptômes subjectifs et résultats rhinomanométriques des groupes d'étude. ENS ITR CON Signification * Essai de latéralisation 21,8 6 3,5 29,8 6,23 34,5 6 3,5 ENS contre ITR P 5 0,01 * ENS contre CON P 5,004 * ITR contre CON P 5 .067 Test Sniffin 'Sticks (TDI) 28.1 6 3,5 30,5 6 4,1 35,5 6 3,2 ENS contre ITR P 5,62 ENS contre CON P 5 0,028 * ITR contre CON P 5 .1 olfaction subjective 35,7 6,3 72,2 6,5 81,1 6 4,9 ENS contre ITR P <. 001 * ENS contre CON P <0,001 * ITR contre CON P 5 .08 Patence nasale subjective 10,1 6 6,3 75,1 6 5,8 79,8 6 5,1 ENS contre ITR P <0,001 * ENS contre CON P <0,001 * ITR vs. CON 5,89 Rhinomanometry flow 485 6 35 490 6 28 468 6 37 ENS vs. ITR P 5,95 ENS vs. CON P 5,91 ITR vs. CON P 5,9 Résistance à la rhinomanométrie 0,20 6 0,04 0,21 6 0,03 0,27 6 0,05 ENS vs. ITR P 5,97 ENS vs. CON P 5,75 ITR vs. CON P 5,79 * Signification statistique. CON 5 contrôles; ENS 5 syndrome du nez vide; ITR 5 enlèvement du cornet inférieur; TDI 5 seuil d’odeur (T), discrimination (D) et test d’identification (I). Fig. 2. Résultats du test Sniffin ’Sticks. Comparaison de l'écart type moyen des trois groupes d'étude. L'astérisque indique une différence significative entre les groupes reliés par la ligne noire. CON 5 contrôles; ENS 5 syndrome du nez vide; ITR 5 enlèvement du cornet inférieur; TDI 5 seuil d'odeur (T), discrimination (D) et test d'identification (I)

 

 

Dans une étude de Zhao et al., Les auteurs ont montré que l'humidité de l'air influait de manière significative sur la perméabilité perçue, suggérant que le refroidissement de la muqueuse plutôt que la température de l'air seule fournissait la sensation du trijumeau qui se traduisait par une perception de la perméabilité. La même équipe par le biais de la dynamique des fluides informatique, a démontré que le pic de perte de chaleur juste derrière le vestibule nasal était en corrélation significative avec la perception subjective de la perméabilité nasale chez des sujets sains normaux. Comme la sensation de refroidissement est provoquée par l'activation d'afférents froids du trijumeau, tout prélèvement de tissu dans cette zone, tel que la turbinectomie, pourrait affecter de manière significative la perception de la perméabilité nasale.

 

          Une étude de Huart et al. a également permis de mettre en évidence une diminution de la sensibilité du trijumeau chez les patients ENS. Dans un groupe de patients plus réstreint, les auteurs ont indiqué que six patients sur neuf, n’avaient pas de réponse du trijumeau lorsqu’ils étaient évalués en fonction de leur potentiel.

 

         Les patients ITR, au contraire, n'ont présenté aucun résultat de test trigéminal significativement inférieur à celui des témoins. Ce fait peut souligner ce qui se passe cliniquement, dans la mesure où tous les patients présentant une résection globale des cornets ne développent pas l'ENS. La variabilité interindividuelle de la fonction du trijumeau intranasal, telle que constatée dans des études antérieures sur l'anatomie, la topographie nasale et l'âge, indique la nécessité de poursuivre les études prospectives sur la fonction du trijumeau intranasal avant et après la chirurgie. Ainsi, elle clarifiera le rôle de la fonction trigéminale préopératoireet la responsabilité de la chirurgie. Il faut être prudent dans l'interprétation de nos résultats, car une relation de cause à effet ne peut pas être établie entre une diminution de la sensibilité du trijumeau et un ENS. Il est très probable qu'une altération de la fonction du trijumeau n'est que l'un des facteurs contribuant au syndrome multifactoriel.

 

         La comparaison entre les patients avec ou sans septoplastie concomitante , n'a montré aucune différence dans la fonction du trijumeau et la perception subjective de la perméabilité. Scheibe et al. ont étudié la fonction trijumeau des patients avant et après la septoplastie et ont constaté une diminution de la sensibilité du trijumeau chez les patients avant la chirurgie. Dans la même étude, la chirurgie du septum n'a eu aucun effet sur la sensibilité du trijumeau, ce qui est en accord avec nos résultats. Les auteurs ont émis l’hypothèse que certains patients présentaient une sensibilité diminuée à l’écoulement nasal, ce qui pourrait également avoir contribué à donner l’impression qu’ils avaient une mauvaise respiration nasale, les amenant à demander une consultation médicale et éventuellement une intervention chirurgicale.  Cependant, le rôle de la septoplastie et ses repercussions sur la sensibilité du trijumeau doivent être étudiés de manière plus approfondie chez un grand nombre de patients.

 

Graphique 3:

 

           (Voir doc original: Fig. 2. Résultats du test Sniffin 'Sticks. Comparaison de l'écart type moyen des trois groupes de l'étude. L'astérisque indique une différence significative entre les groupes reliés par la ligne noire. Contrôles CON 5; Syndrome du nez vide ENS 5; ITR 5, enlèvement du cornet inférieur, seuil d’odeur TDI 5 (T), discrimination (D) et test d’identification (I).

 

           La présente étude a également montré une altération de la fonction olfactive chez les patients ENS. Les interventions sur les cornets inférieurs peuvent affecter la fonction olfactive, car le flux d'air nasal vers la fente olfactive peut être considérablement perturbé. Dans une étude de Zhao et al , les auteurs utilisant des modèles d'écoulement d'air par simulation numérique, ont montré que des modifications relativement faibles de l'anatomie de la cavité  nasale au niveau de la valve nasale pouvant induire de grands changements dans le flux d'air et l'absorption d'odorants sur la muqueuse olfactive. De plus , les interactions entre le système olfactif et le trijumeau à différents niveaux de la muqueuse nasale aux structures cérébrales centrales, peuvent expliquer pourquoi les deux systèmes chimiosensoriels présentaient un comportement assez similaire dans les groupes ENS et ITR.

 

           Les symptômes subjectifs d'obstruction nasale, en particulier chez les patients ENS, n'étaient pas en corrélation avec les mesures objectives de la rhinomanométrie. Ce fait suggère que les mesures de résistance physique à l'écoulement d'air dans la cavité nasale ne peuvent pas refléter de manière adéquate leur sensation subjective d'obstruction nasale. Une partie de ces informations manquantes peut être ajoutée en introduisant un test du nerf trijumeau en pratique clinique. Enfin, notre étude a montré une corrélation d’âge avec les résultats de la tâche de latéralisation, ce qui est en accord avec les études précédentes. En particulier, Frasnelli et Hummel, au moyen de potentiels trigéminaux de la muqueuse, ont montré que les sujets âgés avaient des seuils de menthol supérieurs à ceux des sujets plus jeunes. Une analyse plus poussée a montré que l'augmentation des amplitudes de réponse à l'augmentation des concentrations de stimulus ,était moins profonde chez les sujets âgés, perte liée à l’âge de la sensibilité du trijumeau intranasal également à la périphérie de son système. Cette découverte suggère que les interventions pour l'obstruction nasale chez les patients âgés, devraient toujours prendre en compte une fonction potentiellement altérée du trijumeau.

 

 

 

CONCLUSION

 

          La présente étude a montré que la sensibilité triginale intranasale est considérablement altérée chez les patients ENS après turbinectomie bilatérale inférieure quasi totale. Cependant, les patients opérés de la même manière sans symptômes ENS, présentaient significativement une meilleure fonction trigéminale. Des études complémentaires sont nécessaires pour clarifier le rôle de la fonction trijumale préopératoire et la contribution de la chirurgie concernant la déficience de la fonction trijumale. La sensibilité du trijumeau intranasal , facteur moins étudié, peut ouvrir de nouvelles perspectives dans la compréhension de la perception subjective de l'obstruction nasale.

 

 

Clinique de rhinologie, 2e département universitaire d'oto-rhino-laryngologie (I.K., E.T., A.C., K.M.), de l'hôpital Papageorgiou, université Aristote de Thessalonique, Grèce; et le Département d'oto-rhino-laryngologie (C.I.) de l'Hôpital universitaire de Lausanne (CHUV), Lausanne, Suisse.

 

Note du rédacteur: Le manuscrit a été accepté pour publication le 20 décembre 2016. Les auteurs ne disposent d'aucun financement, d'aucune relation financière ni d'aucun conflit d'intérêts à divulguer.

 

Envoyez une correspondance à Iordanis Konstantinidis, MD, 3, rue Kapetan Kotta, Panorama, Thessalonique, 55236 Grèce. E-mail: jordan_orl @ hotmail.com DOI: 10.1002 / lary.26491

 

Laryngoscope 127: juin 2017

Konstantinidis et al.: Syndrome du nez vide et de la fonction trigéminale

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

1. Kuan EC, Suh JD, Wang MB. Empty nose syndrome. Curr Allergy Asthma Rep 2015;15:493.

2. Sozansky J, Houser SM. Pathophysiology of empty nose syndrome. Laryngoscope 2015;125:70–74.

3.Hummel T, Livermore A. Intranasal chemosensory function of the trigeminal nerve and aspects of its relation to olfaction. Int Arch Occup Environ Health 2002;75:305–313.

4. Lindemann J, Tsakiropoulou E, Scheithauer MO, Konstantinidis I, Wiesmiller KM. Impact of menthol inhalation on nasal mucosal temperature and nasal patency. Am J Rhinol 2008;22:402–405.

5.Jones AS, Wight RG, Crosher R, Durham LH. Nasal sensation of airflow following blockade of the nasal trigeminal afferents. Clin Otolaryngol Allied Sci 1989;14:285–289.

6.Payne S. Empty nose syndrome: what are we really talking about? Otolaryngol Clin North Am 2009;42:331–337.

7. Hong HR, Jang YJ. Correlation between remnant inferior turbinate volume and symptom severity of empty nose syndrome. Laryngoscope 2016; 126:1290–1295.

8. Merkle J, Kohlhas L, Zadoyan G, M€osges R, Hellmich M. Rhinomanometric reference intervals for normal total nasal airflow resistance. Rhinology 2014;52:292–299.

9. World Medical Association Declaration of Helsinki: ethical principles for medical research involving human subjects. JAMA 2000;284:3043–3045.

10. Hummel T, Futschik T, Frasnelli J, Huttenbrink KB. Effects of olfactory function, age, and gender on trigeminally mediated sensations: a study based on the lateralization of chemosensory stimuli. Toxicol Lett 2003; 140–141:273–280.

11. Frasnelli J, Charbonneau G, Collignon O, Lepore F. Odor localization and sniffing. Chem Senses 2009;34:139–144.

12. Wysocki CJ, Cowart BJ, Radil T. Nasal trigeminal chemosensitivity across the adult life span. Percept Psychophys 2003;65:115–122.

13. Zhao K, Blacker K, Luo Y, Bryant B, Jiang J. Perceiving nasal patency through mucosal cooling rather than air temperature or nasal resistance. PLoS One 2011;6:e24618.

14. Zhao K, Jiang J, Blacker K, et al. Regional peak mucosal cooling predicts the perception of nasal patency. Laryngoscope 2014;124:589–595.

15. Konstantinidis I, Printza A, Genetzaki S, Mamali K, Kekes G, Constantinidis J. Cultural adaptation of an olfactory identification test: the Greek version of Sniffin’ Sticks. Rhinology 2008;46:292–296.

16. Hummel T, Kobal G, Gudziol H, Mackay-Sim A. Normative data for the “Sniffin’ Sticks” including tests of odor identification, odor discrimination, and olfactory thresholds: an upgrade based on a group of more than 3,000 subjects. Eur Arch Otorhinolaryngol 2007;264:237–243.

17. Clement PA. Committee report on standardization of rhinomanometry. Rhinology 1984;22:151–155.

18. Saliba J, Fnais N, Tomaszewski M, et al. The role of trigeminal function in the sensation of nasal obstruction in chronic rhinosinusitis. Laryngoscope 2016;126:174–178.

19. Frasnelli J, Ungermann M, Hummel T. Ortho- and retronasal presentation of olfactory stimuli modulates odor percepts. Chem Percept 2007;1:9–15.

20. Scheibe M, Schmidt A, Hummel T. Investigation of the topographical differences in somatosensory sensitivity of the human nasal mucosa. Rhinology 2012;50:290–293.

21. Lee SH, Iwanaga T, Hoshi O, Adachi I, Fujita T. Regional differences of CGRP-immunoreactive nerve fibers in nasal epithelium of the rat. Arch Histol Cytol 1995;58:117–126.

22. Huart C, Eloy P, Collet S, Rombaux P. Chemosensory function assessed with psychophysical testing and event-related potentials in patients with atrophic rhinitis. Eur Arch Otorhinolaryngol 2012;269:135–141.

23. Konstantinidis I, Gartz I, Gerber JC, Reden J, Hummel T. Anatomy of the nasal cavity determines intranasal trigeminal sensitivity. Rhinology 2010;48:18–22.

24. Meusel T, Negoias S, Scheibe M, Hummel T. Topographical differences in distribution and responsiveness of trigeminal sensitivity within the human nasal mucosa. Pain 2010;151:516–521.

25. Frasnelli J, Hummel T. Age-related decline of intranasal trigeminal sensitivity: is it a peripheral event? Brain Res 2003;987:201–206.

26. Scheibe M, Schulze S, Mueller CA, Schuster B, Hummel T. Intranasal trigeminal sensitivity: measurements before and after nasal surgery. Eur Arch Otorhinolaryngol 2014;271:87–92.

27. Zhao K, Scherer PW, Hajiloo SA, Dalton P. Effect of anatomy on human nasal air flow and odorant transport patterns: implications for olfaction. Chem Senses 2004;29:365–379.

 

Laryngoscope 127: June 2017

Konstantinidis et al. Trigeminal Function and Empty Nose Syndrome.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article