Extrait du livre : Scrubbed Out - Dr Salah D. Salman (ORL)

7 Octobre 2018 , Rédigé par SNV Publié dans #Mag

Extrait de livre: «Saga d'une chirurgie douteuse» pour les problèmes chroniques de sinus

02 mars 2012


 

"Intox?"Ce fut ma première réaction lorsque j'ai vu la copie de la revue du nouveau livre"Scrubbed Out: Reviving the Role du médecin dans les soins aux patients"C'était un volume mince et auto-édité avec une couverture de bande dessinée et un MD après le nom de l'auteur.Habituellement, cela signifie des promesses roses et fausses de panacées de santé.

Mais le Dr Salah Salman, l'auteur, n'est pas du tout un charlatan.Au contraire, c'est un médecin distingué, il a pris sa retraite aujourd'hui à 75 ans après une carrière impressionnante dans le cabinet libanais et a occupé des postes prestigieux ,à responsabilité à Massachusetts Eye and Ear Infirmary. C'est juste qu'il est tellement peiné et consterné parce ce qu'il a constaté dans le système de santé américain qu'il a décidé de s'exprimer, exposant les chirurgies inutiles, la recherche médiatisée, les médecins passifs et quelques personnes vénales.

Son livre équivaut à un «cri de coeur médical» - "Ce n'est pas comme ça que ça devrait être!"- et plus que tout, cela me rappelle un phénomène appelé "samizdat" dans l'ancienne Union soviétique: des manuscrits écrits par des dissidents car la conscience ne leur permettait pas de garder le silence, même s'ils savaient que le régime communiste ne leur permettrait jamais d'être officiellement publié.Les choses auraient été différentes si ils avaient eu des livres électroniques et des imprimés à la demande à l'époque.

La critique du Dr Salman à l'égard de la médecine américaine est vaste, allant des millions de personnes qui n'ont pas d'assurance-maladie à l'incapacité dangereuse des médecins à se surveiller mutuellement.Mais l'un de ses principes centraux est que la médecine ne doit pas être considérée comme une entreprise et que l'argent corrompt sa pratique.

L'extrait ci-après légèrement modifié, publié avec son autorisation, se concentre sur un domaine de son expertise en tant que spécialiste ORL: la sinusite chronique et une forme d'intervention chirurgicale qui a explosé malgré des bénéfices discutables.

Extrait de "Scrubbed Out" de Salah D. Salman, MD

La triste histoire de la sinusite chronique et de la chirurgie endonasale mérite d'être décrite de manière assez détaillée qui illustre bien les problèmes qui ont entravé les soins de santé , ce que ce livre aborde.

«En tant que chirurgien ORL, j'ai été témoin de sa croissance et de son développement sans entrave pendant des années;»Une nouvelle théorie sur la cause de la sinusite et une nouvelle technique chirurgicale pour la guérir ont été largement adoptées rapidement, sans preuves convaincantes de leur valeur.Les preuves contre eux ont été supprimées lorsqu’elles ont fait surface.Les directions médicales et hospitalières ne sont pas intervenues lorsqu'elles devaient surveiller la qualité des soins et contrôler les coûts.

L'attitude de mécontentement des médecins a favorisé la diffusion d'une théorie discutable et d'une technique chirurgicale douteuse.L'absence de «lieux conviviaux»ne permettait pas aux médecins bienveillants et dissidents de dénoncer une pratique lucrative douteuse.Le pouvoir du marketing et de la promotion a largement contribué au problème.Le système actuel de faute professionnelle, qui effraie les médecins, continue à échouer en tant que contrôleur de qualité dans les soins de santé.

La «saga» de la sinusite chronique et de la SEF a commencé au cours des trois dernières décennies du vingtième siècle.

Dans les années 1970, le Dr Messerklinger, un chirurgien ORL réputé de Graz, en Autriche, a «repopularisé» une vieille idée selon laquelle les infections des sinus paranasaux étaient dues à des obstructions anatomiques d'une zone clé à l'intérieur du nez.Cette zone est devenue connue sous le nom de complexe ostiomeatal, ou OMC.

L'idée était que si l'OMC était trop étroite ou fermée, les sécrétions et le contenu des sinus seraient bloqués avant qu'ils puissent suivre leur cours normal d'évacuation vers l'arrière du nez (le nasopharynx) et être ensuite avalés.Ce blocage, a-t-on postulé, a provoqué une irritation, un gonflement, des infections ultérieures et d'autres signes et symptômes de sinusite chronique.

À peu près au même moment, le développement de télescopes chirurgicaux, ou endoscopes, a permis aux chirurgiens d’agir de manière plus sûre et plus facile sur la théorie de Messerklinger en élargissant chirurgicalement la MOC.Ainsi, la chirurgie endoscopique fonctionnelle des sinus (SEF) a été introduite et est rapidement devenue très populaire.

Les sinus paranasaux dans une reproduction d'une plaque lithographique de l'anatomie de Gray (Wikipedia Commons)

La FES et sa théorie semblaient avoir beaucoup de sens et ont donc été largement acceptées et adoptées en Europe dans les années 80, en dépit du fait que ni la théorie ni la chirurgie n’avaient été testées ou avérées efficaces.Peu de temps après leur acceptation en Europe, les idées de Messerklinger ont également été popularisées aux États-Unis, car les endoscopes (déjà utilisés en Europe) sont enfin largement disponibles ici.

Je dois dire dès le départ que la chirurgie endoscopique des sinus en général, mais pas la soi-disant fonctionnelle, a certainement aidé un grand nombre de patients souffrant et est considérée comme une avancée majeure dans le domaine de la rhinologie.Les endoscopes permettent un meilleur accès chirurgical et plus sûr aux cavités nasales et facilitent l'ablation chirurgicale des obstructions et autres pathologies du nez qui causent ou facilitent des infections persistantes des sinus.Ils ont également été utilisés avec succès dans l'élimination des tumeurs intranasales et dans les chirurgies à base crânienne, avec moins de morbidité que les techniques plus anciennes qui nécessitent des coupes de peau et / ou des craniotomies.

Les critiques de ce chapitre ne visent que les abus courants de la chirurgie endonasale .FES a rapidement acquis une énorme - et rétrospectivement - une popularité suspecte aux États-Unis.

Peu de temps après son introduction, l’incidence déclarée de sinusite a augmenté rapidement et sans raison apparente.Par exemple, de 1986 à 1988, le gouvernement fédéral a signalé la perte de cinquante millions de journées de travail dues à la sinusite.

Entre 1989 et 1992, le nombre est passé à 73 millions.Je pense que les chiffres n’auraient pas augmenté de manière aussi spectaculaire si la FES n’avait pas été introduite, commercialisée de manière agressive et popularisée.

En effet, la FES étant lucrative, ses indications ont été étendues à un degré suspect.Certaines pressions ou douleurs du visage ont été attribuées à tort par certains médecins à la sinusite et ont été considérées comme des indications chirurgicales, même en l'absence d'anomalies attendues lors des examens nasaux et du scanner sinusal.Les patients frustrés par leurs douleurs faciales chroniques résistantes au traitement, ont facilement été convaincus de subir cette nouvelle technique chirurgicale «miraculeuse».

FES a gagné en popularité auprès des chirurgiens américains grâce à des dizaines de cours d’enseignement de deux à trois jours offerts chaque année dans tout le pays.Le coût de ces cours s’élève à environ 1 500 dollars et les organisateurs gagnent de l’argent pour les établissements accueillant les cours.Les fabricants d’endoscopes ont prêté gratuitement tous les instruments nécessaires aux cours.Les ventes de ces instruments coûteux ont rapidement augmenté, comme on pouvait s’y attendre.

La FES a été diffusée à travers un grand nombre d'exposés complémentaires dans des réunions professionnelles nationales très suivies.Malheureusement, ces réunions n’ont pas fait l’objet d’examens critiques et elles ont grandement exagéré les affirmations concernant la FES. Ils ont facilité la commercialisation prématurée d'une technique chirurgicale lucrative avant qu'elle ne soit suffisamment testée et prouvée.

[...] cette technique n'a pas subi l'examen qui est normalement requis pour l'approbation de nouveaux médicaments par la FDA.

 

En 1986, à l'instar de centaines de mes collègues, je n'avais pas prévu les abus qui suivraient la popularité croissante de FES.Nous nous sommes intéressés à cette nouvelle chirurgie car cela semblait logique et promis de remédier aux problèmes frustrants de la sinusite chronique en abordant directement sa cause principale supposée: une obstruction dans des zones clés du nez.À la fin des années quatre-vingt, j'ai suivi des cours de FES, lu une grande partie de la littérature sur le sujet et disséqué des spécimens de manière indépendante.J'ai également passé plusieurs jours à l'hôpital Johns Hopkins pour observer le fonctionnement du Dr David Kennedy et, plus tard, pour suivre ses patients dans la clinique externe.(Le Dr Kennedy est légitimement crédité d'avoir introduit et popularisé la SEF aux États-Unis)

Il m'a fallu plusieurs mois pour me familiariser avec cette nouvelle technique, après quoi j'ai commencé à l'utiliser dans la salle d'opération.Au début, je l'ai utilisé de façon très conservatrice, car je savais que cela pourrait entraîner de graves complications.En opérant si près des yeux et du cerveau, la cécité, les complications intracrâniennes et même la mort étaient des possibilités très réelles (les risques augmentaient, bien sûr, entre des mains non qualifiées).Quelques années plus tard, lorsque j'ai senti que j'avais acquis une maîtrise suffisante de la technique, plusieurs de mes collègues et moi-même, par conviction, avons commencé à organiser nous-mêmes des cours à Boston.Celles-ci ont toujours été très bien fréquentées.

Dans les années quatre-vingt-dix, de nombreux chirurgiens, y compris moi-même, ont progressivement développé des opinions sur les SEF différentes de celles dominantes, toutes extrêmement positives.Tout d'abord, nous avons remarqué que, bien que nous ayons utilisé la technique avec soin et que nous y ayons eu recours, nos taux de réussite ne se comparaient pas bien à ceux rapportés et publiés.

Pour ma part, après avoir pratiqué avec enthousiasme des chirurgies pendant quelques années, j'ai observé que FES ne délivrait pas toujours les traitements attendus et déclarés.Les données de suivi sur mes cas n'étaient pas aussi bonnes que celles rapportées dans les réunions et la littérature.Lorsque j'ai comparé des notes avec des collègues, j'ai découvert que beaucoup partageaient mon scepticisme.J'ai été alarmé par le grand nombre de chirurgies de sinus effectuées dans tout le pays avec des indications douteuses ou suspectes et par l'absence d'études convaincantes, sérieuses et à long terme pour confirmer la valeur de ces chirurgies.

Nous avons également commencé à observer que certains chirurgiens trop confiants qui n'avaient pas reçu une formation ou une formation adéquates effectuaient cette opération.En fait, ils exploitaient simplement la popularité de FES. En conséquence, l'incidence des complications graves a augmenté rapidement.Dans les années quatre-vingt-dix, FES était la première raison pour laquelle les chirurgiens ORL ont été traduits en justice pour des fautes professionnelles présumées.

Un système qui ne fournit pas un forum pour que les critiques soient entendus ou que leurs opinions soient prises en compte n'est pas un bon système pour protéger les patients et contrôler les coûts.c'est un système qui réclame une réforme.

 

Cette suppression des opinions critiques a finalement conduit de nombreux médecins à cesser de lutter contre les abus de la FES. Les bénéficiaires médicaux et commerciaux de cette chirurgie «miraculeuse» sont trop puissants pour se battre;ils ont tout un arsenal d'armes politiques, juridiques et monétaires avec lesquelles résister au contrôle et à la réglementation.Un système qui ne fournit pas un forum pour que les critiques soient entendues ou que leurs opinions soient prises en compte n'est pas un bon système pour protéger les patients et contrôler les coûts.c'est un système qui réclame une réforme.

Traitements actuels de la sinusite chronique

Malheureusement, la plupart des recherches actuellement publiées ont eu peu d'impact jusqu'à présent sur la définition et le traitement de la sinusite chronique et sur l'arrêt de la chirurgie abusive.À ce jour, différentes spécialités, ainsi que des médecins de la même spécialité, continuent de ne pas être d'accord sur les critères utilisés pour diagnostiquer la sinusite chronique.De nombreux médecins continuent de traiter différentes maladies et affections sous le nom de sinusite, y compris les allergies nasales, les déviations du septum nasal, les gros cornet, les migraines et les douleurs faciales atypiques mal définies. Ceci est une source de confusion pour les médecins et le public en général, et se traduit par des coûts de traitement élevés et par la souffrance et la frustration persistantes de nombreux patients mal diagnostiqués et mal gérés.

... la plupart des immunologistes-allergologues et des spécialistes des maladies infectieuses continuent de prendre en charge les cas de sinusite sans apprendre à effectuer l'examen intranasal absolument nécessaire avant de commencer le traitement.

En revanche, un spécialiste des maladies infectieuses prescrira probablement un ou plusieurs antibiotiques;Si les antibiotiques oraux ne semblent pas fonctionner, des antibiotiques intraveineux coûteux peuvent être administrés pendant six semaines.

Si le patient subit une tomodensitométrie des sinus, les radiologues ont tendance à rapporter des variantes intranasales normales et courantes en tant que pathologies, dignes d'une intervention chirurgicale.Par exemple, si ce patient hypothétique présente un kyste de rétention non significatif sur une joue ou un sinus maxillaire, il recevra probablement une référence inutile à un chirurgien et subira une opération pour exciser ce kyste habituellement asymptomatique. Ceci est un phénomène courant, et qui va à l'encontre des recherches qui ont depuis longtemps prouvé que ces variantes normales ne provoquent pas de sinusite.

Malheureusement, en plus des radiologues qui ne sont tout simplement pas au courant des recherches pertinentes et des connaissances communes, une minorité de chirurgiens ORL et des chirurgiens des sinus contribuent à l'abus de la chirurgie des sinus et recommandent et effectuent sciemment une intervention chirurgicale même chez les patients.Pour ajouter une insulte à la blessure, les pathologistes continuent à signaler une inflammation chronique dans des échantillons chirurgicaux normaux, comme pour fournir une couverture légale et éthique aux chirurgiens opérant sur des patients présentant des sinus normaux ou une sinusite douteuse.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là.Si notre patient hypothétique est référé à un chirurgien pour un scanner «anormal», il subira différentes interventions chirurgicales en fonction de son expertise.Si le chirurgien est un oto-rhino-laryngologiste, une sorte de chirurgie des sinus peut être recommandée.Si le chirurgien est un chirurgien buccal, il peut soupçonner un trouble de l'ATM et recommander des gardes de nuit ou même un réalignement des dents.Si la référence est à un spécialiste de la douleur, le patient peut finir par recevoir une thérapie physique ou même des injections de Botox!

Je n'ai pas observé de tentative sérieuse de la part des hôpitaux pour remédier à ce genre de situations confuses et inutiles.Au lieu de cela, j'ai été témoin de la frustration généralisée des médecins et des patients.Des collègues m'ont appelé avant de renvoyer certains de leurs cas difficiles et m'ont informé qu'ils avaient déjà opéré deux ou trois fois sur des patients sans succès et qu'ils ne savaient plus quoi faire.Ma réponse est restée la même: un diagnostic est nécessaire avant de planifier la prise en charge.

Dr. Salah Salman, auteur de "Scrubbed Out"

Mon expérience a prouvé que beaucoup de ces patients sont atteints de douleurs faciales atypiques et non de sinusite chronique.par conséquent, il n'est pas surprenant que la chirurgie n'ait pas réussi à soulager leurs souffrances.Les douleurs faciales atypiques peuvent être dues à diverses causes, seules ou combinées.La profession médicale devrait consacrer plus de temps à la recherche des causes plutôt qu’à la commercialisation de nouveaux traitements coûteux, dont certains n’ont aucun sens.

J'ai connu beaucoup de patients de ce type qui ont reçu toutes sortes de traitements et subi toutes sortes de chirurgies, mais qui ont émergé avec leurs douleurs intactes ou même pire.En outre, il convient de garder à l’esprit que les douleurs au rebond après l’abus d’analgésiques en vente libre et la dépendance aux analgésiques prescrits doivent être considérées comme des causes possibles ou des facteurs contributifs chez ces patients frustrés et frustrés.

Le métier de FES

Jusqu'à présent, j'ai décrit comment la recherche publiée actuelle n'a pas réussi à définir la sinusite chronique et à clarifier les indications acceptables et le calendrier de la chirurgie des sinus.Maintenant, regardons pourquoi une telle situation a pu se produire et persister.La conclusion inévitable est que l'activité de la médecine a été autorisée à dominer.

L’activité de la sinusite chronique et de la SEF en particulier et des affaires médicales en général n’aurait pas été possible sans le fait que les leaders médicaux leur ont permis de proliférer et de fermer les yeux sur leurs nombreux échecs et autres conséquences négatives. Grâce au libre arbitre, ils ont offert aux hôpitaux, aux médecins et aux entreprises connexes des possibilités d’abus et de mauvaises pratiques.

Premièrement, la formation et l’accréditation des médecins praticiens dont l’enseignement en médecine était antérieur à la FES ont été négligés et les réglementations ont été pro forma (bien que les résidents actuels aient amplement l’occasion d’apprendre la technique pendant leur formation). la publicité a proliféré.Troisièmement, les entreprises satellites ont prospéré.Quatrièmement, une minorité de médecins continue d'abuser de leurs patients et de s'en tirer.

En effet, les seuls gestes posés par les responsables médicaux pour assurer la sécurité des chirurgies des sinus ont été pro forma.

Après ces débuts précaires dans la formation et la certification, des médecins innovants ont commencé à promouvoir leurs propres modifications de la SEF, parfois avant qu'ils aient été testés ou prouvés bénéfiques. L'activité de la médecine a rendu cette activité possible et acceptable. Parallèlement, des bourses d’études en chirurgie des sinus ont été créées pour accueillir les jeunes diplômés intéressés à en apprendre davantage sur les chirurgies des sinus et sur cette vague lucrative.

Bien entendu, nombre de ces bourses (et leurs activités de recherche) ont été très généreusement soutenues par des industries impliquées dans la chirurgie des sinus.Les responsables médicaux ne sont pas intervenus, même si les conflits d'intérêts continuent de contaminer l'enseignement, la recherche et la pratique de la médecine dans ces bourses.

En raison de l’incapacité des responsables médicaux à recourir à la chirurgie des sinus, une minorité de médecins ont manifestement abusé de cette technique.

J'ai vu quelques patients supposés avoir subi une ou plusieurs interventions chirurgicales, mais qui se sont révélés plus tard avoir des sinus intacts lorsqu'ils ont été inspectés par endoscopie, ont étudié avec l'imagerie par tomodensitométrie et ont été observés lors d'une intervention chirurgicale. Certains chirurgiens malhonnêtes ont prétendu qu'ils opéraient sur les quatre paires de sinus et qu'ils facturaient lourdement alors qu'ils n'avaient pas ouvert de sinus. Il n'y a pas de moyen facile de prouver leur tricherie, et aucun dirigeant ne prend la peine d'essayer.

Deuxièmement, certains chirurgiens puissants opèrent sans justification adéquate.Par exemple, un chirurgien ORL en chef dans un hôpital du Massachusetts jouissant d'une excellente réputation en tant que chirurgien des sinus était connu parmi ses collègues pour avoir opéré des patients présentant des sinus normaux.Il a intimidé et réduit au silence les résidents qui ont osé lui poser des questions embarrassantes sur ses indications chirurgicales.

C’est un triste corollaire de l’activité de la médecine, d’une tradition hippocratique persistante et dépassée qui exige des médecins qu’ils se défendent et se protègent mutuellement, et de l’influence croissante des administrateurs sur les résultats.

L'influence de ces puissants médecins sur leurs stagiaires a été tout aussi destructrice.Un chirurgien qualifié que je connais a déjà conseillé à un stagiaire d'éviter de travailler sur des patients dont la tomodensitométrie est normale «tôt dans sa carrière», ce qui implique qu'elle pourrait s'en tirer plus tard, une fois sa réputation établie.Il a ajouté qu'il pouvait s'en sortir tout seul, car il était connu comme le meilleur chirurgien des sinus en ville.Un modèle pour un stagiaire dans un hôpital prestigieux!

Comme autre exemple de «formation» contraire à l'éthique, j'ai déjà entendu des habitants parler d'un jeune médecin qui venait de terminer sa formation en ORL à Boston.Il voulait se spécialiser en chirurgie des sinus;à ce moment-là, il ne réalisait pas ce qu'il était en train de faire.Ensuite, il est allé à Chicago pour un stage d'un an dans le domaine de la chirurgie des sinus avec un chirurgien célèbre dans un hôpital universitaire réputé.Après avoir passé quelques mois avec ce célèbre chirurgien, il a décidé de cesser de fumer parce qu'il ne pouvait ni comprendre ni tolérer le grand nombre de chirurgies inutiles auxquelles il assistait et qu'il exécutait.Par sens des responsabilités, il s'est même rendu au doyen de la faculté de médecine pour se plaindre.A ma connaissance, la seule réponse des administrateurs était d'accorder au jeune médecin la permission de démissionner sans préjudice.

Jusqu'à présent, j'ai décrit les façons dont FES s'est avérée être une grande entreprise sans fournir systématiquement de l'aide, et comment les individus et les organisations en abusent.Mais la SEF peut avoir des conséquences beaucoup plus graves: elle peut nuire activement à la santé des patients.Un nombre considérable de patients ont subi des interventions chirurgicales inutiles, incomplètes ou infructueuses et ont développé des complications graves et permanentes.Tragiquement, leur situation continue d'être ignorée.La seule sensibilisation du public à ce problème concerne la minorité des cas publiés dans les médias.Un très faible pourcentage de patients est suffisamment en colère pour subir le processus de poursuite en justice long, coûteux, intimidant et douloureux (bien que potentiellement lucratif).En outre, notre système juridique ne garantit pas que même des poursuites clairement justifiées prévaudront devant les tribunaux.

Activisme individuel

Lorsque j'ai pris conscience des nombreux problèmes et problèmes liés à FES, j'ai personnellement essayé de les résoudre, dans la mesure de mes capacités.Mes efforts ont consisté à fonder deux centres à l'hôpital où je travaillais, le Sinus Center et la Atypical Facial Pain Clinic, pour mener des études et enseigner.

Nos objectifs étaient de discuter et de débattre des cas difficiles, de mieux définir le diagnostic actuel de la sinusite chronique et de déterminer les indications acceptables pour la chirurgie des sinus.

Ce Sinus Center a bien commencé. tous les participants étaient enthousiastes. Les patients référés au centre étaient pour la plupart des femmes souffrant, diagnostiquées et préalablement traitées comme si elles souffraient de «sinusite chronique». Dans la plupart des cas, leurs conditions ne s'étaient pas améliorées après une ou plusieurs interventions chirurgicales .

Il n'a pas fallu longtemps pour arriver à la conclusion que la plupart de ces patients souffraient de pressions faciales chroniques et de maux de tête, et que ces douleurs n'étaient pas liées à une sinusite chronique.Nous avons fondé cette conclusion sur notre découverte selon laquelle ces patients avaient subi des examens intranasaux endoscopiques normaux et des tomodensitométries ou IRM normales;Ces résultats ont rendu le diagnostic de sinusite très improbable.Les pressions faciales et les céphalées chroniques ne sont pas toujours liées à la sinusite chronique, et nous avons pu comprendre pourquoi des années de traitement médicamenteux et de chirurgie des sinus n’avaient pas été efficaces.

Malheureusement, le centre n'a duré que quelques années.

Bien que nous ayons fait des observations importantes ensemble, l’enthousiasme de certains participants du Sinus Center s’est rapidement estompé quand ils ont réalisé que les implications de nos observations signifiaient qu’ils devraient changer leur propre compréhension et leur gestion de la sinusite.De plus, ils ont jugé peu pratiques les protocoles de suivi soigneusement conçus, destinés à fournir des données à long terme sur tous ou un nombre significatif de nos patients.J'ai déployé tous les efforts possibles pour soutenir le centre, mais les dirigeants du MEEI n'ont pas jugé nécessaire d'intervenir à ma demande pour aider le centre à continuer à faire progresser les connaissances, à améliorer la qualité des soins et à réduire les coûts.L'excuse qui m'a été donnée était que ce n'était pas la responsabilité du centre d'influencer le comportement des médecins ou de les contrôler.Je pensais autrement, mais je ne pouvais pas faire plus.Je l'ai ensuite dissous.C'était,cependant, conservés sur papier, à des fins de marketing.J'ai continué à recevoir des références en tant que directeur d'un centre qui n'existait plus.

Ma deuxième tentative pour aider les patients frustrés qui ont continué à souffrir après avoir suivi une FES consistait à créer une clinique de douleur faciale atypique composée de représentants des disciplines suivantes: ORL, neurologie, dentisterie, chirurgie buccale, analgésique, psychologie comportementale et physique. thérapie. Les patients référés chez nous ont été évalués par l'ensemble des participants sur une période de quarante-cinq minutes et une stratégie de gestion appropriée a été élaborée par tous les participants.

... des consultations appropriées et des diagnostics appropriés doivent être effectués avant la planification de la prise en charge et la chirurgie des sinus.

Je considérais comme un devoir de faire connaître mes conclusions sur la sinusite chronique afin de changer les perceptions erronées et largement répandues. Mais en essayant de le faire, je me suis heurté à la suppression active, aux barrages routiers et au désintérêt, tout comme d'autres chercheurs qui ont tiré des conclusions similaires et qui ont essayé de faire connaître leurs conclusions. J'ai signalé cette étude à l'une des activités hebdomadaires très suivies du MEEI, la Conférence clinico-pathologique (CPC). Étant donné que je considérais comme scandaleux que des chirurgiens d’un hôpital respecté menaient des opérations visant à élargir les voies nasales qui étaient, en fait, non obstruées et normales, j’ai cru et espéré que mes découvertes stimuleraient des discussions et des réactions importantes. J'ai été surpris de découvrir que j'avais tort.

La discussion que j'espérais stimuler en choquant le public ne s'est jamais produite. Les collègues que je connaissais partageaient mon opinion. La seule réponse que j'ai eue, c'est que «le jury est toujours sur cette question». Arrêt complet. Je ne le pensais pas. Ce manque de réaction, à mon avis, illustre de manière convaincante le fait que l’activité de la médecine prime actuellement sur la science de la médecine, même dans des établissements d’enseignement réputés. C'est dommage.

En contrepoint de ce manque de réaction à mes recherches sur le front national, mes conclusions ont été très bien accueillies par un public national et international beaucoup plus vaste. Une fois, j'ai été invité à participer à une réunion internationale de rhinologie à Washington DC. J'ai eu le privilège de choisir le sujet que je voulais. J'ai choisi de parler de FES et intitulé «Les faits et la fantaisie de la chirurgie endoscopique fonctionnelle des sinus». J'ai ouvertement critiqué l'épidémie de chirurgies des sinus inutiles pratiquées à l'échelle nationale aux États-Unis. Je n'avais jamais connu autant d'applaudissements dans ma vie universitaire après une présentation et de nombreux médecins que je ne connaissais pas faisaient la queue pour me féliciter de mon «courage» à parler ouvertement de l'abus généralisé des chirurgies des sinus.

Il est intéressant de noter que, comparativement à cette réponse, les documents rédigés avec beaucoup moins de conviction que j'avais soumis pour publication aux États-Unis étaient refusés avec peu d'explications. Je ne peux que conclure que je nageais contre le courant dominant et qu'il est politiquement incorrect de publier des critiques à l'encontre de FES.

La saga continue

Malheureusement, l'abus de FES n'a pas seulement continué jusqu'à nos jours, il a également engendré d'autres techniques chirurgicales suspectes qui tirent parti de la popularité de FES. Par exemple, en 2006, l'American Journal of Rhinology, la publication officielle de l'American Rhinological Society, a publié un rapport très prématuré sur la sécurité et la faisabilité d'une nouvelle technique chirurgicale de chirurgie endoscopique des sinus appelée sinuplastie par ballonnet.

... FES est devenue une entreprise lucrative et hors de contrôle. Les hôpitaux encouragent les abus à cause des affaires que les chirurgies inutiles apportent. La publicité directe et les reportages dans les médias profanes ont contribué à accroître la popularité de FES. Les voix critiques sont supprimées ou ignorées. Les conflits d'intérêts sont devenus monnaie courante. En conséquence, nous sommes actuellement confrontés à une épidémie de chirurgies des sinus inutiles et incomplètes, qui ont entraîné des décès et de graves complications, et ont contribué de manière significative à l’augmentation des coûts des soins de santé.


Karen Weintraub, notre collaboratrice invitée, a récemment interviewé le Dr Salman dans le Boston Globe .

Scrubbed Out" est disponible sur AuthorHouse  et Amazon .

Ce programme a été diffusé le 2 mars 2012. L'audio de ce programme n'est pas disponible.

Carey Goldberg Rédacteur en chef, CommonHealth Carey Goldberg est l'éditeur du blog CommonHealth de WBUR. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article