Témoignage de Pascal M. ( France)

8 Juin 2018 , Rédigé par SNV Publié dans #Témoignages


Lettre témoignage de Pascal M., victime du Syndrome du Nez Vide, à Françoise, présidente de l'association «Stop aux Mutilations Nasales Iatrogènes»

 

 

2018 :

 

J'exerce alors le métier de pompier de Paris, un travail très physique et harassant avec un rythme effréné ponctué par des allées et retours incessants, des nuits fatigantes à la caserne, sport quotidien avec l'équipe de gym des pompiers et en parallèle: construction de notre nid familial avec la naissance des enfants qui n'ont pas fait leur nuit avant l'âge de trois ans, je me sens fatigué et commence à trouver cela difficile.Je met cela sur le compte d'un sommeil non réparateur du à un nez bouché quand je me couche.

 

Je consulte alors un ORL, le Dr A. à Bruz qui me diagnostique une obstruction nasale chronique due à une déviation septale et une hypertrophie bilatérale des cornets inférieurs. Il me propose une septoplastie (redressement de ma cloison nasale) avec une turbinectomie inférieure bilatérale( résection de mes cornets).

Je lui fais confiance et j'accepte l'opération qui a lieu le 2 juin 2008, sans avoir été prévenu des risques secondaires graves. Je précise que je ne connaissais rien de cette chirurgie destructrice à l'époque...

 

Réveil difficile et douloureux, on me signale que tout s'est bien passé.Les jours suivant, je constate que mon nez est débouché, ce qui me procure d'abord une sensation de bien être mais de courte durée, hélas ,car l'air entrant trop brutalement dans mon nez, commence à me brûler.

 

Le rendez -vous pour le retrait des plaques maintenant ma cloison nasale, a été particulièrement pénible: grosse douleur,, impression que l'ORL m'arrache un bout du cerveau.Sueurs Je manque de tomber dans les pommes mais ce dernier me rassure en m'assurant que tout s'est bien passé.

 

Premier hiver difficile: les premiers froids de l'automne me font souffrir, je ne supporte plus l'air froid qui s'engouffre violemment dans mon nez et mes nuits commencent à être difficile. Le moral en prend un coup...

 

 

2012 :

 

Je consulte un autre ORL, le Dr Y. à la clinique de St Grégoire à Rennes, qui me signale que la septoplastie n'a servi à rien et qu'il y a encore un problème et me fait deux cautérisations... L'enfer!

 

J'erre de consultation en consultation à la recherche désespérée d'une solution, d'une amélioration de mon état : spécialistes et examens en tout genre: ORL, neurologues, ostéopathes, psychologues, magnétiseurs, centres anti-douleur, gastroentérologue, polysomnographie, prises de sang, scanners, sans que ça ne règle le problème.

 

En surfant sur le NET, je découvre le site sur les problèmes liées aux opérations endonasales, je comprends enfin de quoi je souffre:je suis atteint du Syndrome du nez vide.Content dans un premier temps, j'en parle à ma famille, à tout mon entourage : médecins etc... mais je me heurte à l'incompréhension générale.

Difficile d'admettre qu'en plus d' avoir été mutilé, on doit se diagnostiquer seul parce les ORL se cachent bien de parler du Syndrome du nez vide car ces opérations mutilantes sont leur gagne pain.

 

Diagnostic non établi, Syndrome du nez vide non reconnu, déni par la corporation ORL et même si on consulte plusieurs ORL, ils se couvrent entre eux si bien qu'il est impossible d'obtenir un diagnostic de Syndrome du nez vide ou de séquelles liées à ces opérations destructrices et inutiles, il n'y a donc pas d'issue.Cela fait beaucoup pour être pris au sérieux par son entourage...

 

Actuellement, le plus dur à supporter, ce sont les nuits non réparatrices entrecoupées de micro réveils continuels, la relation avec les autres, mes émotions sont inhibées, mes symptômes et douleurs rythment mes journées.

Pour ma femme, c'est dur aussi car je me désociabilise et refuse beaucoup de choses: repas, invitations, accompagnement sportif de mes enfants, week end en famille...

 

J'ai poussé mes proches afin qu'il consulte votre site www.syndromedunezvide.com et cela m'a fait du bien qu'ils puissent comprendre ce que j'endure.

 

Je vis au jour le jour et ne vois pas de perspective d'avenir...

 


Bon courage à toutes les victimes SNV, Pascal M .( France)

 

 

NB : Nous, les parents de Pascal, nous nous permettons de rajouter que la vie devient un enfer pour notre fils et pour tout son entourage. Nous avons beaucoup de mal à comprendre que la médecine actuelle n'est pas de solution. Notre fils a fait une tentative de suicide le 25 mai 2018.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Morgane & Thomas 11/06/2018 10:38

Bonjour Pascal,

Nous avons appris ta situation et sommes touchés par ton témoignage.

J'ai pour ma part connu des douleurs chroniques faisant partie de ma vie quotidienne pendant de nombreuses années. A ce stade, je peux te conseiller ce qui marche pour beaucoup de gens et qui a marché pour moi : la pratique de la méditation. J'ai suivi un programme MBSR il y a quelques années, programme créé par Jon Kabat-Zinn (MIT Boston : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jon_Kabat-Zinn).

Il y a des programmes découverte MBSR sur Rennes auxquels tu pourrais participer comme:
http://ocoeurdeletre.fr/atelier-decouverte-pleine-conscience-et-programme-mbsr-samedi-16-juin-a-10h/

Intervenante:
http://ocoeurdeletre.fr/intervenants/stephanie-maulay/

Nous pensons a toi et n’hésites pas a nous contacter si tu le souhaites
Bises
Morgane & Thomas