Témoignage de Rémi K. (France)

11 Mai 2018 , Rédigé par SNV Publié dans #Témoignages


Je m'appelle Rémi, j'ai 37 ans. En 2015, je consulte mon généraliste pour des troubles de l'odorat à cause d' un nez constamment bouché avec sécrétions sèches. Celui-ci m'oriente vers un ORL qui m'examine et me donne un traitement de deux mois, à base de corticoïdes et m'invite à le recontacter si le traitement est inefficace.

Le traitement échoue mais je ne retourne pas voir l'ORL et continue ma vie ainsi, en adoptant une bonne hygiène de vie à la campagne, tout en étant actif et sportif mais le problème perdure.


2016

Je décide de consulter un autre ORL qui à du mal à examiner mes fosses nasales encombrées, il me prescrit un scanner qui indiquera une déviation de la cloison nasale relativement marquée avec une hypertrophie des cornets. L'ORL me propose un traitement local pour tenter de décongestionner les muqueuses qui échoue.


2017

Un an plus tard, je retourne voir cet ORL qui me prescrit un bilan allergologique que je réalise: les tests sont négatifs pour les allergies respiratoires. L'ORL me propose une chirurgie de désobstruction que j'accepte .


2018

Le 8 mars , je suis opéré en ambulatoire d'une septoplastie et turbinectomie inférieure partielle.
En sortant de l'hôpital, je me sens un peu KO et je rentre chez moi.Le lendemain, l'ORL me téléphone pour prendre des nouvelles et me dit qu'après le retrait des mèches, je serai soulagé. Quatre jours difficiles, à respirer par la bouche car le nez est bouché par les mèches et des nuits très difficiles pour dormir.

J+4 : jour du retrait des mèches, tout se passe en douceur, pas de douleurs et peu de saignements.
Après un bref mouchage, je sens mon nez débouché et un soulagement, l'ORL me prescrit le traitement post opératoire et m'invite à le contacter seulement s' il y a une obstruction.En sortant du cabinet, j'étais euphorique : c' était très agréable de retrouver le goût et de respirer les odeurs à plein nez, je suis d'ailleurs rentré savourer un bon café avec des brioches.

 

Mais ce plaisir fut de courte durée. Après plusieurs lavages au sérum physiologique, mon nez se débouchait de plus en plus et je commençais à sentir un passage d'air un peu trop rapide, l'air inhalé très frais, un nez sec et une diminution des odeurs alors que mon nez était débouché.
J'ai ressenti progressivement un manque d'air qui m' inquiétait générant des angoisses et des nuits très agitées, avec de multiples réveils.Une semaine après je suis retourné voir l'ORL en lui disant que je me sentais pas bien en lui demandant des explications .

 

Il me répondit que mon opération s'était bien passée, qu'il avait très peu touché aux cornets et qu'il fallait que je m'habitue car c'est ce que j'avais demandé : de mieux respirer.. Mon malaise continue et je regrette déjà d'avoir fait cette opération.

 

Le temps passe, un mois quasiment à plus dormir: réveil toutes les deux heures.Je commence à me sentir dépressif et ai consulté mon généraliste qui m'a mis sous anti dépresseur et anxiolytique.Je me sens comme un zombie et malgré les médicaments , je dors pas mieux. J'ai donc décidé d'arrêter ce traitement et tente de me libérer l'esprit même si c'est pas facile car je focalise sans cesse sur ma respiration et cette sécheresse nasale, qui n'est pas extrême, mais bien présente.

Mes symptômes quotidiens sont les suivants : sécheresse nasale et mucus collant, trop d'air inspiré par une narine en alternance (sensation d'air froid qui irrite et qui me brûle les sinus et me comprime la tête, baisse de la concentration et variations d'humeurs. Faible odorat et goût de façon aléatoire. Pour le sommeil, j'arrive a dormir aujourd'hui environ cinq heures d'affilée mais les angoisses au réveil m' empêchent souvent de me rendormir.

Aujourd'hui je vis et je fais avec car je n'ai pas le choix en, essayant malgré tout d'être le plus actif possible, c'est vraiment important, car même fatigué physiquement par moment, bouger : aide a garder le moral.Les balades dans la nature, l'air marin m'aident beaucoup aussi.


Mon opération est récente, ça fait bientôt deux mois, pour l'instant j'essaie de garder mon nez le plus humide possible en évitant les variations importantes de températures, j'ai un humidificateur à la maison et j' évite les milieux climatisés. J'utilise également des filtres nasaux qui dans mon cas, m'aident un peu car j'ai un peu plus de résistance nasale et mon nez reste un peu plus humide.

Dans quelques mois je vais faire un scanner post opératoire.Je conseille à toutes ceux et celles qui ont des problèmes d'obstruction nasale chronique, d' essayer toutes les méthodes possibles de traitement en médecine douce, irrigation nasale ( Neti pot), recettes de grand mère, cure thermale... avant d'envisager un geste ou une chirurgie endonasale irréversibles.

Bon courage à toutes et tous.


Rémi K

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article