Une avancée sur la sensibilisation du SNV - Dr Nayak Jayakard

4 Janvier 2018 , Rédigé par SNV Publié dans #Traitements

Traduction :

 

 

Une avancée pour le Syndrome du Nez Vide

Dr Nayak Jayakar

 

 

Medical Center Développement

 

Mettre l'accent sur une condition mal comprise : le syndrome du nez vide

Pour les patients qui en souffrent, l' ENS n'est pas une plaisanterie. Les symptômes vont de l'inconfort aux sensations de suffocation. Pire encore: trop souvent, on dit à ces patients que «tout est dans leur tête».

 

« L'anxiété, la dépréssion, tout cela est hors sujet pour le patient qui souffre du syndrome du nez vide» dit Nayak Jayakar Standford ORL. L'équipe de Nayak poursuit de meilleurs diagnostics et traitements et, peut -être ce qui est le plus important : une meilleure acceptation de la réalité du syndrome du nez vide, parmi les établissements médicaux et le monde entier.

 

La physiologie de l'écoulement nasal est une chose délicate. Des structures osseuses, appelées cornets, de chaque côté du septum, assurent une certaine résistance, régulent et humidifient l'écoulement d'air par le nez. Si ces structures sont perturbées, par exemple avec une opération visant à corriger une déviation septale ou une autre chirurgie sinusienne, les patients ont l'impression de ne plus avoir suffisamment d'air, même si leurs cavités nasales sont largement ouvertes.

 

Beaucoup d' ORL sont sceptiques quant à l'existence du syndrome du nez vide.

Des millions de patients ont des chirurgies endonasales réussies m ais pour un certain nombre, c'est un échec qui se manifeste par des symptômes constants d'étouffement, d'anxiété, d'épuisement, d'insomnie, voir de suicide.

 

« Ces travaux... fournissent la preuve que des changements reproductibles dans les «tissus nasaux » peuvent être détectés et utilisés pour diagnostiquer le syndrome du nez vide».

 

Nayak et d'autres ORL confirment un diagnostic SNV avec des pledgets, des implants en coton qui, insérés dans le nez, reproduisent la structure d'origine. Cela donne souvent aux patients se plaignant des symptômes du syndrome du nez vide, une amélioration spectaculaire.

 

L'équipe de Nayak a récemment fait une avancée avec deux études phares visant à améliorer considérablement le diagnostic du syndrome du nez vide.

 

L'un est un outil de dépistage très sensible, ENS6Q qui ne détecte que les symptômes uniques liés au syndrome du nez vide, (basé sur une étude nommée meilleur article clinique lors de la réunion de l' American Rhinologist Society de cette année) et 'autre qui repose sur l'analyse CAT.

 

« Ces deux travaux commencent à briser les vieilles notions qui stipulent que le syndrome du nez vide est un trouble psychiatrique, ou quelque chose de presque impossible à traiter ».

 

Grâce au financement des donateurs assuré par la Campagne pour Standford Médecine, l'équipe de recherche lancera une étude clinique à grande échelle afin de publier les résultats et d' éduquer la communauté médicale sur le syndrome du nez videC'est un combat difficile mais Nayak pense que lui et ses confrères sont en train de gagner.

 

Nayak poursuit : « Un confrère, un détracteur connu de l' ENS, m'a dit que les discussions de votre groupe l'ont convaincu de réexaminer tout un nombre de patients que j'ai peut- être écarté.Nous discutons actuellement d'une collaboration entre nos deux groupes, une avancée possible pour la sensibilisation au syndrome du nez vide ».

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article