"SCORPION", Livre de Kris West, victime du SNV

13 Novembre 2016 , Rédigé par SNV Publié dans #Mag

Voici un extrait du chapitre 10 du livre, en anglais (traduction française juste en dessous) et note de Kris West, l'auteur du livre.

Traduction française:

 

Scorpion , extrait du livre de Kris West (USA)

Victime du Syndrome du Nez Vide et de l'industrie médicale

 

 

Scorpion Ebook - Tout format, Prix réduit- Extrait 25 mai 2012

Mon livre, Scorpion, sur ma chirurgie inutile de réduction des cornets, entraînant le Syndrome du Nez Vide, avec ma liste de patients subséquents, est maintenant disponible dans tous les formats de Smashwords, Inc et format Kindle sur Amazon.com.

J' ai réduit le prix à 2,99 $ afin que tout le monde puisse le lire.

Scorpion à Smashwords: http://www.smashwords.com/books/view/165161
Scorpion sur Amazon: http://amzn.com/B006GIV74I



Extrait du livre, Chapitre 10 :

«J'ai appelé le bureau du docteur Shark et ai stipulé à Wendy que je voulais récupérer mon dossier médical pour mon rendez-vous du 5 décembre.A mon arrivée, j'avais mon dossier.

Avant d'être appelée, j'ai eu le temps de voir le terme «rhinite atrophique» écrit sur les comptes- rendus de consultation du 7, 12 et 26 novembre et figurant sur tous mes examens postopératoires, à l'exception du premier.

 

Le 26 novembre, c'était le jour où le docteur Shark m'avait accusé d'être dépressive car selon lui, tout était normal dans mon nez, éclipsant mes craintes et mon état de santé. J'avais le sentiment d 'être trahie.


Aujourd'hui, le docteur Shark essayait une nouvelle «tactique».

«- Dis-moi, comment vas tu ? dit-il magnanime, comme si sa seule préoccupation était mon bien-être. J'ai ignoré la question et j'ai souligné le terme «rhinite atrophique» sur mon dossier.
- C'est vrai ? Ai-je demandé.

- Seulement temporairement. me répondit -il.»

 

Je savais que la rhinite atrophique n'était pas un état temporaire et que c'était incurable, mais je m'accrochais à ses paroles, dans un espoir désespéré. Il me demanda à nouveau comment je me sentais? J'ai à peine entendu la question: mon univers réduit à une rhinite atrophique, sous entendu « la dégénérescence , la mort »....Je lui ai répondu que j'étais mieux mais que je ne pouvais toujours pas respirer et dormir correctement.

 

Il a examiné mon nez, me disant qu' il n'y avait plus aucune croûte à gauche, que les trois quart des croûtes avaient disparu à droite. Aujourd'hui, je n'avais pas de rhinite atrophique .

 

Quand je suis rentrée, j'ai rappelé Wendy car j'avais oublié de demander au médecin si je devais prendre des précautions particulières quand mon petit-fils de deux ans viendrait le 22 décembre. Il avait le SARM et avait aussi contaminé Leah , mais l'infection du bébé était pire. Ils viendraientt,comme Laura et sa famille, pour Noël.Jack avait réservé une chambre d'hôtel pour Léa et les enfants car mon appartement était trop petit pour les accueillir.

Pour la première fois , en sept ans, Jack, les enfants et moi, pouvions réveillonner ensemble.

Ce soir-là, j'ai regardé mon dossier médical. Le compte-rendu scanographique du 18 novembre stipulait: «Aucune déviation septale significative n'est observée»; j'avais lu qu'un septum dévié, pouvait contribuer au développement de polypes: l'air ne s'écoulant pas normalement dans les cavités nasales.C'est une des raisons qui avait motivé ma décision de me faire opérée et là, je constatais que je n'avais pas le septum dévié.

Sur le compte-rendu opératoire, il était écrit:«cloison nasale déviée et sinusite chronique».Or, je n'ai jamais eu de déviation septale et de sinusite chronique. Je n'avais jamais été traitée pour une affection sinusale de ma vie avant de rencontrer le docteur Shark. Je l'avais consulté pour des acouphènes.

 

Depuis 1984, j'avais de l'allergie, ('immunologie-environnement-) «la maladie de Lyme, fibromyalgie , le rhume des foins, CO exposition hiver 2006-07».

Tout ça n'avait rien à voir avec la sinusite chronique. Les personnes atteintes de sinusite chronique sont fatiguées, ne peuvent pas respirer et utilisent des sprays nasaux.

Je n'avais jamais eu de problème respiratoire, ni de nez sec et d'«aspersion» nasale, jusqu'à la chirurgie du docteur Shark.

Sur les compte-rendus du 6 août, le docteur Shark avait noté une «sinusite chronique». Je me demandais quand il l'avait écrit car il n' avait jamais parlé de sinusite en août. Si cela avait été le cas, le 6 août, je l'aurais certainement mentionné sur le formulaire médical remplis le même jour. Rien, dans mon dossier à ce sujet mais où était la fiche avec le motif de consultation et description de mes symptômes? J'avais rempli beaucoup de ces formulaires et à chaque fois, cette question était demandée. Il avait noté "infection" le 6 août, mais ne l'avait pas mentionné à mon généraliste, dans sa lettre du 8 août.

Sur un rapport du 28 octobre, avant la chirurgie, le docteur Shark avait écrit: «Elle se plaint de sinusite récurrente, de congestion de la gorge et sinusite étendue confirmé

par son scanner J'ai pleuré et lui ai dit plusieurs fois que c'étaient ses propos à lui. En effet , cette gêne avait été si insignifiante que je ne l'avais pas mentionné jusqu'au jour il m'avait persuadé que j'avais besoin d'une intervention chirurgicale.Je n'avais jamais parlé d'un problème de sinus avec un médecin .

 

J'ai consulté le même cabinet pendant cinq ans. Pas une seule plainte concernant un problème de sinus dans mon dossier médical . Je venais d'être «approuvée» pour la sécurité sociale en mars. J'avais rempli des formulaires médicaux conséquents, ne mentionnant aucun problème de sinus, relatant précisément mon histoire médicale depuis 1984. Pensait-il qu'il pourrait s' en tirer avec ça?

 

Mon rapport d'examen du 12 novembre notait non seulement une rhinite atrophique, mais aussi une "rhinosinusite chronique ". C'était la deuxième fois que le docteur mentionnait une rhinite atrophique, et maintenant, il m' attribuait une rhinite chronique et je pensais que c'était plus grave qu' une sinusite. Il faisait le diagnostic. Inventait-il des conditions chroniques pour expliquer pourquoi j'avais une rhinite atrophique deux semaines après sa chirurgie?

Sur le compte-rendu opératoire, de multiples morceaux d'os plat et de cartilage nasal , mesurant 4,0 x 4,0 x 0,2 cm, avaient été retirés ainsi que des tissus mucoïdes gris et mous ,mesurant 2,0 x 2,0 x 0,6 cm.J'ai couru dans ma chambre. A l'aide d' une règle, j'ai mesuré, constatant que 4,0 cm était supérieur à 1 ½ pouce. J'ai alors compris que ma rhinite atrophique était due à cette résection de cartilage et tissus nasal: les cornets: on m'avait dit sur le forum ENS que les cornets reséqués ne « repoussaient et ne se remplaçaient» pas.

Dans le rapport chirurgical, ces termes «dissecteur de puissance, mocrodebrider ,lame, obturateur «trocart» et Couteau Killian» revenaient sans cesse. Je ne pouvais pas le regarder en face, mes doigts cachant en partie mes yeux. La fin du rapport, stipulait :

«Cela a entraîné un septum nettement déformé

 

Etait-ce pour cette raison qu'à chaque consultation, l'orl me disait que j'avais un septum dévié, justifiant ainsi ce verdict? Cela faisait -il partie du diagnostic parce qu'il n'avait pas les compétences nécessaires pour opérer sans détruire mon septum?
Maintenant, je comprenais pourquoi le Dr Shark me prescrivait du Premarin, un traitement pour la rhinite atrophique.

Le 26 novembre, M. Shark m'affirma que d'autres personnes au nez pire que le mien, ne souffraient pas tellement, me prétextant ainsi que j'avais un problème psychologique

Je savais pertinament que ç'était lui et cette chirurgie inutile qui étaient responsables de mes terribles souffrances, me condamnant à souffrir le restant de ma vie.. J' ai fondu en larmes mais c'était si horrible dans mon nez que j'ai dû m'arrêter. Mon nez était inefficace. Il ne pouvait même pas produire de mucus.


Publié:dans rhinite atrophique, médecins corrompus, syndrome du nez vide, ens, orl, négligence médicale, nez, réduction des cornets, chirurgie inutile des cornets.
Tags: rhinite atrophique, septum dévié, syndrome du nez vide, liste noire des patients, scorpion, sinusite, réduction des cornets, chirurgie inutile des cornets.

 

Scorpion: La véritable histoire d'une femme victime de l'industrie médicale.

Mon livre, maintenant disponible à partir d'Amazon Kindle.»

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article