Témoignage de Harold B.

14 Août 2016 , Rédigé par SNV Publié dans #Témoignages

    1993 : Cette histoire a commencé insidieusement alors que je coupais du métal au chalumeau avec une grosse pression d'oxygène, une goutte de métal en fusion a rebondi  sur le ciment et est entrée directement dans ma narine gauche. Je me disais "c'est un bobo, ça va guerrir".

    2000 : La déformation nasale a commencé à se faire sentir : éternuments, flègme comme un rhume qui n'en finssait plus jusqu' à ce que je découvre la cortisone pour le nez qui a arrêté les symptômes mais le problème a continué d' évoluer. (Troubles du sommeil, une seule position pour dormir...).

    2015 : En mai, je consulte un orl à ce sujet qui décide de m'opèrer. Je lui fais confiance en me disant qu'il connait son affaire. Il me redresse le nez, coupe partiellement les cornets, heureusement... Je subis donc une septoplastie avec une  turbinectomie inférieure partielle. En septembre,un jour, je me mouche quand tout à coup ça provoque  une déchirure dans le nez (perforation septale).Tout de suite, j'ai "un sifflet dans le nez".

    2016 : Incapable de dormir: je suffoque à cause du chauffage sec et de l' opération,"cette sensation d'asphixie, de manquer d'air (pire que l'asthme) est vraiment horrible!" Je revois mon orl qui n' y prête  aucune  attention. Celui-ci  me fait passer un scanner qui détecte un problème. (Je suis sure que c' est ce problème qui est responsable de mes insomnies). Je soupçonne alors  qu' il y a eu négligence . Couper les cornets pour lui n' etait qu une routine ?J'aimerais consulter un autre orl, juste pour qu'au moins, on me répare ma perforation septale et qu'on bouche le trou de ma cloison nasale mais la confiance n'est pas au rendez vous.( Je redoute une négligence supplémentaire pouvant encore engendrer un problème majeur).

    J'ai l'impression qu'il faudrait que je devienne moi-même orl afin d'expliquer à ces  praticiens les  risques, conséquences et procédures de ces interventions endonasales. Quand je lis les témoignages de mes amis atteints, eux aussi, du Syndrome du Nez Vide, je ne suis plus impressionné par les diplômes universitaires de médecine que je vois dans les bureaux de tous ces  spécialistes...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article