Livre d'Eric Canaux - "Syndrome du nez vide, Non Docteur, je ne suis pas fou !"

11 Août 2016 , Rédigé par SNV Publié dans #Mag

Résumé :

A 36 ans, Eric entre, pour la première fois d'une longue série, au bloc opératoire pour soigner un simple " nez bouché ". Il ne sera plus jamais la même personne. Aujourd'hui, âgé de 42 ans, il décide de relater le parcours médical qui l'a mené rapidement à une situation de handicap sévère et irréversible.
 

Syndrome du nez vide / Un livre pour témoigner...

"CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes).En 2011,Eric Canaux témoignait de son enfer quotidien après une série d'opérations chirurgicales sur son nez.

Il poursuit sa croisade et vient d'écrire un livre.«SI je ne suis pas actif face à mon handicap, ça ne changera jamais. Je suis dans une spirale, j'essaie de démontrer à quel point c'est difficile de vivre comme ça. »

Eric Canaux est assis dans son canapé à côté d'un humidificateur qui lui permet de respirer avec moins de difficulté. Il y a quelques semaines, il a mis un point final à un ouvrage « Non docteur je ne suis pas fou » dans lequel il revient sur le mal dont il souffre depuis 7 ans : le syndrome du nez vide autrement appelé obstruction paradoxale.

Concrètement, alors que son nez est complètement vidé de ses cornets suite à une turbinectomie, subie en 2005, la sensation de nez bouché persiste. Les symptômes : maux de tête répétés, douleurs de la face, trouble neurologique, hyperventilation des poumons et, conséquence, un sommeil sans repos.

« Les deux choses les plus dures sont l'état d'épuisement et la sensation de brûlure permanente de la bouche et de la gorge », explique-t-il. Après plusieurs mois et même d'années de descente aux enfers, cet Aiglemontais de 42 ans a décidé de tout faire pour prouver que ce dont il souffre n'est pas un mal imaginaire, « psychosomatique » comme il l'a trop souvent entendu de la bouche même des médecins.

Dans cet ouvrage, de 80 pages environ, il développe une première partie de « vulgarisation » sur le nez, les chirurgies endonasales et les symptômes liés au Syndrome du Nez Vide.

La seconde partie est constituée des témoignages d'Eric, 42 ans, Laurence, 35 ans, Mustapha, 50 ans, et d'un extrait du blog de Ludovic qui s'est suicidé à l'âge de 31 ans.Aberration, amputation, calvaire, autant de mots qui crient la douleur, l'insupportable, qui décrivent ces « vies brisées » afin que chacun prenne conscience de « l'ampleur du désastre ».

En outre, Eric Canaux a accepté de témoigner auprès d'un journaliste de télévision, Martin Mischi qui réalise une émission sur le thème Un jour qui fait basculer une vie. Celui-ci a tourné avec lui pendant deux jours en juin dernier. Un reportage qui devrait être diffusé sur le câble dans les prochains mois."                                                                              

                                                                                           L'union L'Ardennais

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article