Le Syndrome du nez vide (par Saleh Khaled Aboud et Aini AB Aziz)

9 Août 2016 , Rédigé par SNV Publié dans #Risques

Voici la traduction :
 

Introduction :

Le Syndrome du nez vide (SNV) ou Empty Nose Syndrome (ENS) est un premier terme introduit par Kern et Moore, utilisé pour décrire un spectre rare de divers symptômes subis par les patients qui ont  subi une chirurgie radicale sur les cornets  après constat au scannner d'une  perte de tissu brut.
Le symptôme le plus commun est appelé '' obstruction nasale paradoxale", rapporté par le patient malgré des cavités objectivement perméables à l'examen clinique sans obstacle trouvé à l'imagerie ou rhinomanométrie et rhinométrie acoustique.

1: Dans la plupart des cas, est  mis en cause dans le SNV: lecornet inférieur (IT)  réséqué radicalement, et  le cornet moyen (MT)  également réséqué.

2: L'incidence est inconnue, comme il y a peu d'études spécifiques publiées. Le taux estimé de SNV ou (ENS) suivant la résection du cornet inférieur est de 20%,
ce qui induit  un nez sec .

Houser distingue plusieurs sous-types de l'ENS selon le turbinate réséqué: inférieur, moyen ,les 2 à la fois, ou quatrièmement, un sous-type dans lequel turbinate structures paraissent.paradoxalement normales

Les sous-catégories de  l'ENS sont basées sur le type de tissu qui est réséqué; donc "ENS  à la fois "indique à la fois l'information et le cornet moyen  ont été au moins partiellement réséqué.
La gestion est problématique. Nous rapportons le cas d'un homme âgé de haut statut social avec écoulement nasal ayant subi une turbinectomie radicale et a developpé ultérieurement un nez chroniquement bloqué des  années après  et la options de gestion de l'ENS.Mots clés :Syndrome / nez / Vide (ENS)

Les options de traitement.
Rapport: A 59 ans, un patient  chinois  s'est  présenté à la clinique ORL avec une maladie chronique (problème nasal datant  de 30 ans ). Ses symptômes étaient principalement le blocage nasal, l écoulement nasal  avec mucosités  jaunâtres mucoïdes occasonnielles et par intermittence, des changements de voix. Son odorat était intact.
Il avait subi une turbinectomie radicale et une septoplastie en 1984, qui l'avait soulagé pendant 1 an environ.
Les  examens Endonasal endoscopiques ont révélé des cavités nasales très brevet comme tout le ostia part du ostium milieu à gauche qui était relativement étroit.
Il y avait des sécrétions mucoïdes épaisses et des synéchies entre le cornet supérieur gauche et le septum avec des  restes  de cornets inférieurs. Au départ, il a été traité par des sprays nasaux stéroïdes ,des mucolytiques et des antibiotiques par voie orale avec un suivi sur une période de trois mois.
Par la suite ses symptômes ont  été  soulagés, puis se sont aggravés par intermittence avec des  infections , obstruction nasale et  sécrétions et une  persistance des symptômes nasaux malgré un traitement médical optimal, un  scanner des sinus a été réalisé  montrant des sequelles suite à une  chirurgie turbinate réductrice avec un large ostium maxillaire droit.

(Figure1 )Au  scanner , le résultat etait  cohérent : Syndrome du Nez Vide.Le traitement conservateur a été poursuivi malgré une très légere amélioration des symptômes nasaux.

Figure 1: Le TDM  des sinus révèle des cavités nasales larges avec la preuve de cornets radical de chirurgie réductrice. Seuls quelques vestiges de cornets moyens droits ont été préservés.

 

Conclusion :

ENS est une complication reconnue,  provoquée  par une  réduction agressive chirurgicale de la muqueuse turbinate, du tissu de la cavité nasale apparaissant  ( soit  tout de suite  ou quelques  mois ou années) après  une chirurgie sur le cornet inférieur et / ou moyen.
 
1: Le SNV est potentiellement associé à  une sévère diminution de la qualité de vie des patients.
 
La chirurgie de réduction des cornets est effectuée quand un patient a une obstruction nasale persistante  ne répondant  pas aux traitements médicaux.
 
L'opération commune est une turbinoplastie inférieure ou trubinectomie partielle. Il n'y a pas de norme de la façon dont la quantité de tissu turbinate peut être retirée avant qu'il ne cause des dommages à la physiologie du nez, ce qui entraîne ENS.
 
2: La plupart des cas developpant un SNV ont subi une  chirurgie turbinate radicale.
La physiopathologie du SNV reste mal élucidée. Il peut en résulter des pertes des fonctions physiologiques nasales dues à la réduction de zone muqueuse induisant une perte proportionnelle  sensorielle, tactile  des récepteurs thermiques.

3: Le SNV est associé à la diminution de l'humidification, au  réchauffement accru et à la diminution de la résistance d'écoulement d'air nasal.

4: Les nerfs sensoriels  endomagés  au cours d'une  chirurgie des cornets  sont à prendre en consideration dans le SNV.

5: Plusieurs études ont démontré clairement que significativement le fait de réduire  le volume des cornets inferieurs  affecte  la cavité nasale,le régime d'écoulement, l 'accélération et l'augmentation de l'écoulement dans l' inférieur au frais de la partie supérieure.

6: Le paradoxe entre congestion subjective et la résistance nasale réduite pourrait être due à des altérations de la perméabilité nasale soit ou à la valence de neurones efférents du nez muqueuses.

La résistance nasale correcte est diminuée dans la résection radicale des cornets et cela diminue la puissance d'aspiration des poumons, le patient  fait un effort supplementaire  pour  respirer afin de  recevoir des quantités normales d'oxygène.Il respire beaucoup plus difficillement.
 
Ce phénomène se manifeste avec des essoufflements chroniques  et est connu comme "obstruction paradoxale".
Le paradoxe repose sur le fait que, bien que le nez est largement  ouvert, le résultat final est une obstruction  nasale .
 
ENS est difficile à diagnostiquer en raison du manque de définition clinique consensuelle, de la variété des symptômes et est lié à la detresse psychologique et sociale.
 
Le diagnostic est  clinique, basé sur une symptomatologie subjective  raportée.   

L'Examen repose sur la base de la cavité nasale  à l'endoscopie, réalisé lors de la consultation. le  symptome principal est une sensation d'obstruction nasale,parfois associé à des sensations de suffocation, de dyspnée ou difficultés à respirer.
D'autres symptômes sont également signalés comme la douleur, la sécheresse du rhinopharynx,perte de concentration
(aprosexie nasale), la fatigue,l'anxiété, l'irritabilité et la dépression.L'intensité des symptômes varie et peut restreindre l'activité de tous les jours.
 
 
L'examen endoscopique endonasal trouve des cavités nasales perméables agrandies par une chirurgie antérieure, avec des structures turbinales manquantes ou considérablement réduites.
La muqueuse est généralement pâle et sèche avec des croûtes.

IT "indique que le cornet inférieur (IT)est  totalement ou sous totalement réséqué  donc ENS"
MT "indique que le cornet moyen a  été résequé , alors que "ENS  est à la fois "indique à la fois l'IT et MT au moins partiellement réséqué.donc ENS.
-IT est le plus fréquent.
 
La plainte de base est l'obstruction nasale paradoxale  et une  muqueuse très sèche.
On supose que pour une telle obstruction fréquente après une turbinectomie inférieure  serait du  à son rôle dans la modulation de l'écoulement d'air nasal.
 
Le SNV sur le cornet moyen est  plus rare. La caractéristique principale est l'obstruction nasale, qui  implique la douleur sur la respiration;probablement à cause d'un manque de protection de la muqueuse.ganglion ptérygo.

Le tableau 1 résume les résultats chez 8 patients qui ont subi  une  chirurgie différente de réduction des cornets. L'apparition des symptômes ENS ,après la turbinectomie est variable.
Dans l'ENS, les symptômes se produisent habituellement en quelques semaines.
 
L'indication pour toute chirurgie  des cornets  devrait être examinée avec soin et l'exploration fonctionnelle devrait être généralisée afin d'éviter ENS.
La chirurgie utilisée pour une résection maximale  pour un gain en volume de la cavité nasale,avec l'amélioration de la connaissance des complications de turbinectomie totale et sous-total, y compris l'ENS, favorisent la chirurgie conservatrice.
 
 Les techniques actuellement recommandées sont la chirurgie au laser et electrique: cautérisation, la turbinectomie partielle, la turbinoplastie, la résection par micro-debrider et radio fréquence chirurgie. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article