Témoignage de Guillaume

4 Août 2016 , Rédigé par SNV Publié dans #Témoignages

Je m'appelle Guillaume et j'ai 34 ans, voila mon histoire.
 

2008 : Sur conseil de mon allergologue, je consulte un orl. il constate que j'ai les cornets hypetrophies. aussitôt, il prend une pince, me la rentre dans le nez et m'envoie des décharges électriques, sans vraiment comprendre ce qu il est en train de faire,je me rapelle juste de cette fumée et de  cette odeur de brûler...
Suite a ce geste, je ne me sens pas mieux, je sens que quelque chose ne va pas... je constate qu'un  ganglion apparaît dans mon cou et gonfle. Je me dis que ça va passé.
 

2009 : Ça ne vas toujours pas mieux, je consulte un autre orl qui me fait passe un scanner indiquant une grosse déviation de la cloison nasale gauche due a une excroissance. Le praticien me propose alors une septoplastie (opération qui selon lui, devrait me changer la vie...).

Effectivement, suite a cette intervention,je suis retourne le soir même de ma sortie aux urgences, avec 41° de température. j' ai eu le droit  a une ponction lombaire et a une ré-hospitalisation...

Voila, c'est le début de mon calvaire : apparition d'une perforation nasale. L'expertise conclura par la suite que cette perforation a été provoquée par un méchage de mèches non adéquates, gardées plus de 2 jours sans avoir été humidifiées et retirées à sec, provoquant une dévascularisation.
s'ensuit des mois de souffrances. La perforation s' agrandit. J'ai le nez de plus en plus sec et remplis de croûtes. Des ganglions énormes de chaque côte du cou et sous les aisselles apparaissent. Je suffoque, perds l'odorat et le goût. J'ai de plus en plus de mal à parler et la gorge qui me brûle. Je ne dors plus...
Je revois plusieurs fois le chirurgien qui finit par être odieux avec moi. Il me dit que je suis trop sensible à la douleur et que les perforations peuvent arriver avec cette chirurgie, mais pour lui, ce n est pas grave.

Après des mois d'arrêt de travail et des appels incessants de mon employeur, (à l'époque je suis en cdi et travaille comme technicien dans les réseaux d'eaux, je retourne au travail). Mais avec la meilleure volonté du monde, je n'arrive plus a rien : je souffre en permanence... (c'est devenu trop dur d'assumer un travail manuel qui demande beaucoup d'énergie et qui oblige de surcroît, à travailler dans toutes les positions la tête en permanence, penchée dans les citernes eaux).

Bref, mon employeur devient exécrable avec moi, je n'ai en plus, aucune repartie. Je ne sais pas encore de quoi je souffre. J'en ai assez d 'en prendre plein la tête par ce patron, (je signale d'ailleurs  que durant les deux ans ou j' ai travaille pour  lui, il ne m'a jamais fait passé de visite médicale). Je finis donc par faire une rupture conventionnelle.

Plus le temps passe, plus mon état se dégrade... moi qui était plein de vie, passionne de sport,(muay thai,wakeboard et vtt) depuis de très nombreuses années, je n arrive plus a pratiquer. Dans mon entourage les gens et amis ne comprennent pas et d' ailleurs moi non plus, je ne comprends pas... moi qui sortait tous les week ends, petit a petit,  je ne peux plus, c'est trop difficile,même une petite bouffe entre amis me demande un  effort considérable... l'écart se creuse. Le fait de ne plus avoir de vie professionnelle et de ne plus pouvoir pratiquer mes loisirs préférés, on finit par se retrouver seul...

Je consulte plusieurs autres orl dans ma région, je me dis que c' est pas possible... je passe alors une échographie qui indiquera que toute la chaîne lymphatique se défend. J'entends les pires absurdités : on me dit même que mes ganglions sont dus a" une crispation musculaire de ma mâchoire"...
 

2010 : Je consulte un orlsur paris et lui explique mes symptômes. Après examen endonasal, celui-ci m'annonce que ma muqueuse est complètement atrophiée, (moi qui pensait que la perforation était seule responsable !), et me dit "voila, vous avez subi une turbinectomie inférieure totale a droite et partielle a gauche qui ont occasionne le syndrome du nez vide".

Il me propose alors une intervention avec mise en place de bâtonnets d'acrylique qui est selon lui la solution.
j' effectue cette opération. Suite à ça , j'ai une nette amélioration : tous mes ganglions disparaissent, je retrouve de l'humidité dans mon nez et ne suffoque plus, je dors mieux...

J'arrive a nouveau a faire du sport et exerce même mon activité de plombier, chauffagiste, électricien à mon compte.

2012 : J'arrive de moins en moins a supporter les bâtonnets (8 : dans la fosse nasale droite et 3 : à gauche). Je ne peux plus bouger mes lèvres supérieures. Je revois l'orl qui m'annonce qu 'il en a trop mis et qu'il doit en retirer à l'avant du nez.
Suite au retrait des bâtonnets , mon état se dégradé, retour a la case départ : tous mes symptômes  réapparaissent...

2013 : L'orl me propose de remplacer les implants retires par une greffe de conque dans la fosse nasale gauche ou il ma retire la totalité des implants.
malgré le devis signé pour implantation de greffe de conque a gauche, je ne comprends pas ce qui lui est passe par la tête, il m'a effectué la greffe dans la fosse nasale droite.
En fait,cet orl a craqué. Je lui ai fait confiance parce que sa première intervention m'avait fait du bien cependant j'ai appris depuis que les bâtonnets  d'acryliques sont des matériaux inadaptables, ils se déplacent et se mettent dans tous les sens : j en ai paye les conséquences jusqu’à ma dernière opération en Allemagne.
 

2014 : Je prend rdv avec un orl de bordeaux. Je lui précise qu' il me reste des bâtonnets d'acryliques, il me certifie que non, je  lui montre pourtant leur présence sur le scanner et j'insiste pour qu'il me les retirent mais il me dit :"vous n avez plus rien, c'est la muqueuse qui a compense, verdict : oubliez tout ce que vous a fait cet orl, c'est pas bon. Il faut reprendre la septoplastie qui est incomplète, réduire le cartilage qui est mal place et  agrandir la perforation en  arrière". Pour ce chirurgien, tout est question de proportion. Je suis dépite à l'idée de refaire une septoplastie mais il m'assure que cela fera la différence et semble vraiment optimiste. Je subis donc cette opération. Le résultat est catastrophique comme si j'avais pas assez souffert !(je souligne que pendant son intervention, le praticien m'a encore trouve 2 bâtonnets d acryliques...).
 

2015 : Consultation en Allemagne et divers tests effectues qui ne m'ont jamais été proposes en France...

Verdict : perforation nasale qui aurait pu être réparable avant l intervention de bordeaux, passée de 2cmx1cm a 5cmx3cm.

Opération de 3h en décembre, pour retrait de 5 bâtonnets d'acryliques dans la fosse nasale droite et mise en place d un greffon de life cell et fabrication d'un obturateur en silicone en 3d pour la perforation nasale, a changer une fois par an.

J'ai pu constate que les techniques opératoires en Allemagne  n'ont rien avec la France, elles sont beaucoup moins invasives et nettement plus en avancées ou alors c'est nous qui sommes encore a l'époque du moyen age !

Je tenais à raconter mon histoire a fin d'informer et d’éviter aux gens de commettre les mêmes erreurs que moi, même si je me doute qu'a l'heure actuelle, nous avons accès à d'avantage d'informations.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cecile 10/08/2017 17:58

Bonjour Guillaume,
J'aimerais savoir si tu es allé à l'Aqua Klinik? Puis-je avoir ton email?
Merci